Créer/modifier une page Wiki

Utilisateurs connectés

22 utilisateurs connectés

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Ultraliberalisme1

Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter

Extraits de quatre livres dénoncant l'ultra libéralisme

(les deux premiers sur cette page, les deux suivants sur "Ultraliberalisme2" et "Ultraliberalisme3" )
Du site " http://ultraliberalisme.online.fr ", de Ian Eschstruth, que je remercie particulièrement.


L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard


En résumé…
" Nous vivons au sein d'un leurre magistral, d'un monde disparu que des politiques artificielles prétendent perpétuer. Nos concepts du travail et par là du chômage, autour desquels la politique se joue (ou prétend se jouer) n'ont plus de substance : des millions de vies sont ravagées, des destins sont anéantis par cet anachronisme. L'imposture générale continue d'imposer les systèmes d'une société périmée afin que passe inaperçue une nouvelle forme de civilisation qui déjà pointe, où seul un très faible pourcentage de la population terrestre trouvera des fonctions. L'extinction du travail passe pour une simple éclipse alors que, pour la première fois dans l'Histoire, l'ensemble des êtres humains est de moins en moins nécessaire au petit nombre qui façonne l'économie et détient le pouvoir. Nous découvrons qu'au-delà de l'exploitation des hommes, il y avait pire, et que, devant le fait de n'être plus même exploitable, la foule des hommes tenus pour superflus peut trembler, et chaque homme dans cette foule. De l'exploitation à l'exclusion, de l'exclusion à l'élimination... ? " (au dos du livre L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Rechercher un travail qui n'existe pas…
" On ne sait s'il est risible ou bien sinistre, lors d'une perpétuelle, indéracinable et croissante pénurie d'emplois, d'imposer à chacun des chômeurs décomptés par millions – et ce, chaque jour ouvrable de chaque semaine, chaque mois, chaque année – la recherche " effective et permanente " de ce travail qu'il n'y a pas. " (pp. 18-19 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Les riches n'ont plus besoin des pauvres
" (...) La pente suivie est bien celle-là, néanmoins. Une quantité majeure d'êtres humains n'est déjà plus nécessaire au petit nombre qui, façonnant l'économie, détient le pouvoir. Des êtres humains en foules se retrouvent ainsi, selon les logiques régnantes, sans raison raisonnable de vivre en ce monde où pourtant ils sont advenus à la vie. " (pp. 36-37 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
" Qu'elle qu'ait pu être l'histoire de la barbarie au cours des siècles, jusqu'ici l'ensemble des humains a toujours bénéficié d'une garantie : il était essentiel au fonctionnement de la planète comme à la production, à l'exploitation des instruments du profit dont il figurait une part. Autant d'éléments qui le préservaient.
Pour la première fois, la masse humaine n'est plus matériellement nécessaire (...)" (p. 193 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Les pauvres ont-ils le droit de vivre ?
" Nul n'osera déclarer, en démocratie, que la vie n'est pas un droit, qu'une multitude de vivants est en nombre excédentaire. Mais, sous un régime totalitaire, ne l'oserait-on pas ? Ne l'a-t-on pas osé déjà ? Et n'en admettons-nous pas déjà le principe, tout en le déplorant, lorsqu'à des distances équivalentes à celles de nos lieux de vacances, la famine décime des populations ? " (p. 38 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

L'Economie au pouvoir
" Voici donc l'économie privée lâchée comme jamais en toute liberté – cette liberté qu'elle a tant revendiquée et qui se traduit en déréglementations légalisées, en anarchie officielle. Liberté assortie de tous les droits, de toutes les permissivités. Débridée, elle sature de ses logiques d'une civilisation qui s'achève et dont elle active le naufrage. " (p. 42 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
" (...) la priorité de leurs bilans tient lieu de loi universelle, de dogme, de postulat sacré, et c'est avec la logique des justes, l'impassible bienveillance des belles âmes et des grands vertueux, le sérieux des théoriciens, qu'est provoqué le dénuement d'un nombre toujours croissant d'êtres humains et que sont perpétrés la soustraction des droits, la spoliation des vies, le massacre des santés, l'exposition des corps au froid, à la faim, aux heures vides, à la vie horrifiée. " (pp. 44-45 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Le tiers-monde
" Cette agrégation d'anonymats, on la retrouve, démultipliée, dans ces foules immenses abandonnées sur d'autres continents, des populations entières, parfois, livrées à la famine, aux épidémies, à toutes les formes de génocides, et souvent sous l'emprise de potentats agréés et soutenus par les grandes puissances. Foules d'Afrique, d'Amérique du Sud. Misère du sous-continent indien. Tant d'autres. Echelles monstrueuses, et l'indifférence occidentale à la mort latente ou aux hécatombes qui se déroulent à des distances qui sont celles de banales destinations touristiques.
Indifférence aux masses de vivants sacrifiés ; quelques minutes d'émotion, toutefois, lorsque la télévision diffuse deux ou trois images de ces dérélictions, de ces tortures, et que nous nous grisons discrètement de nos indignations magnanimes, de la générosité de nos émotions, de nos serrements de cœur sous-tendus par la satisfaction, plus discrète encore, de n'être que des spectateurs – mais dominants. " (p. 54 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
" Mais qui d'entre nous hurle en apprenant qu'aux Indes, par exemple, des pauvres vendent leurs organes (rein, cornée, etc.) afin de subsister un temps ? (...) Quels boucliers levés contre le tourisme sexuel ? " (pp. 201-202 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

La pauvreté se développe dans les pays riches
" (...) loin de voir les zones sinistrées (le tiers-monde) sortir de leur désastre et rejoindre les nations prospères – comme on avait pu le croire, comme on avait cru pouvoir le croire –, on assiste à l'instauration de ce désastre dans des sociétés jusque-là en expansion et d'ailleurs toujours aussi riches qu'auparavant, mais où les modes d'acquisition du profit se sont transformés. " (p. 56 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
" L'accentuation du chômage dans les pays développés tend (...) à les faire insensiblement rejoindre la pauvreté du tiers-monde. On avait pu espérer voir se produire le contraire, et la prospérité se propager ; c'est la misère qui se mondialise et se répartit dans les contrées jusqu'ici favorisées, avec une équité qui fait honneur aux partisans de ce terme en vogue. " (p. 149 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

L'indifférence
" L'indifférence est féroce. Elle constitue le parti le plus actif, sans doute le plus puissant. Elle permet toutes les exactions, les déviations les plus funestes, les plus sordides. Ce siècle en est un tragique témoin. " (p. 59 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Vous avez perdu votre travail ? Perdez donc aussi votre logement…
" Quelle corrélation raisonnable peut-il y avoir, par exemple, entre perdre un travail et se faire expulser, se retrouver à la rue ? La punition n'a aucune commune mesure avec le motif avancé, donné pour évident. Que soit traité comme un crime le fait de ne pas pouvoir payer, de ne plus pouvoir payer, de ne pas réussir à payer, est déjà en soi surprenant, si l'on y réfléchit. Mais être ainsi châtié, jeté à la rue, pour n'avoir plus été en mesure de régler un loyer parce que l'on n'a plus de travail (...) relève du démentiel ou d'une perversité délibérée. D'autant plus qu'un domicile sera exigé pour conserver ou trouver ce travail qui seul permettrait se retrouver un domicile. (...) Ce n'est pas seulement injuste, c'est d'une atroce absurdité, d'une bêtise consternante, qui rend comiques les allures suffisantes de nos sociétés dites civilisées. " (p. 68 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Dresser les pauvres contre les pauvres pour mieux régner
" Faire ici une différence entre Français de souche et enfants d'immigrés ayant ou non droit à la citoyenneté française, reviendrait à tomber dans l'un des pièges destinés à distraire de l'essentiel pour régner. Il s'agit avant tout de pauvres. Et de pauvreté. " (p. 84 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
" Même si on dresse des pauvres contre des pauvres, des opprimés contre des opprimés et non contre les oppresseurs, contre ce qui opprime, c'est cette condition-là qui est visée, brimée, et que l'on répudie. On a rarement vu, à notre connaissance, un émir expulsé, " scotché " dans un charter ! " (p. 84 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

La violence des pauvres justifie leur rejet
" Ils ne peuvent secouer leur sort et leur joug que par des moyens détournés, souvent dans la violence, dans l'illégalité, qui les affaiblissent davantage et répondent en un sens aux vœux de ceux qui ont intérêt à les maintenir à l'écart dans cet abandon, ainsi justifié. " (p. 89 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Ces patrons qui utilisent les aides de l'Etat pour délocaliser
" (...) l'entreprise se voit offrir ces mille subventions, exonérations, possibilités de contrats avantageux pour elle afin qu'elle embauche. Et ne délocalise pas. Bienveillante, elle prend. N'embauche pas. Délocalise ou menace de le faire si tout ne se passe pas à son gré. " (pp. 117-118 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
" (...) Ou bien, toujours sur les ondes note : RTL, 8 juillet 1995., c'est le président du CNPF, le patron des " forces vives " de ce pays, qui, à propos d'avantages récemment consentis (offerts avec enthousiasme, plutôt) à ses troupes afin toujours qu'elles embauchent, se montre réticent non à accepter d'en profiter, ce qu'avec ses ouailles il s'apprête à faire, mais à ce qui leur est demandé (timidement suggéré plutôt) en retour. Assez scandalisé, il finit par admettre que chez Untel, dans telle entreprise, on pourra peut-être, grâce aux subventions accordées pour embaucher, " faire l'effort de diminuer un peu le taux de licenciement annuel, qui est de 5% " ! D'ailleurs, " parler de contrepartie en ce domaine dénote une mauvaise compréhension de la réalité économique (note : Tribune Desfossé, 30 mai 1994.). " (pp. 128-129 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Employer ? un acte de charité
" (...) les employeurs (...) ne consentent à faire quelques efforts languissants pour embaucher ou pour ne pas licencier des travailleurs que si ces travailleurs sont mis en condition d'accepter n'importe quoi. (...) Il est donc normal de disposer de ces oiseux, de discuter à leur propos sans qu'ils aient accès à ces discussions. Normal encore que ceux qui détiennent la dignité puissent parler à leur place, et puissent envisager de les dresser comme on ferait d'animaux, avec des méthodes efficaces comme celle qui consiste à les inscrire pour leur bien dans une " insécurité " méthodiquement étudiée, délibérément organisée, aux retombées cependant si douloureuses qu'elles peuvent saccager des vies, les abréger parfois.
N'est-ce pas faire acte de charité que de s'occuper d'eux ? " (pp. 132-133 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Les fuites de capitaux, les boucs émissaires et les politiques
" Quant aux fuites de capitaux hors de tout circuit fiscal, elles priveront de ressources les structures économiques et sociales de l'Etat escroqué. (...)
Mais qui s'en indignerait vraiment, hormis certains spécialistes ? L'opinion se soucie bien davantage (et avec véhémence) de la présence d'" étrangers " – c'est-à-dire d'étrangers pauvres – supposés rafler des emplois inexistants (...).
Sus aux immigrés qui entrent, bon vent aux capitaux qui sortent ! Il est plus facile de s'en prendre aux faibles qui arrivent, ou qui sont là, et même arrivés depuis longtemps, qu'aux puissants qui désertent ! (...)
Les pouvoirs et les puissances se gardent bien de rien éclairer. Ils attisent les rejets, apprécient le flou dans lequel se trament les délocalisations, les fuites de capitaux et autres opérations plus ou moins licites, et savourent la tranquillité de leur règne sur des ouailles divisées.
Les pays occidentaux ferment donc jalousement leurs frontières terrestres à " la misère du monde ", mais laissent s'échapper par des routes virtuelles les richesses auxquelles leurs citoyens impuissants, désinformés, s'imaginent avoir encore droit, celles qu'ils croient encore posséder et devoir défendre, mais qu'ils laissent fuir sans émotion.
Ce ne sont pas les immigrés qui épuisent chez nous une masse salariale déjà en voie de disparition, mais plutôt, parmi les habitants des contrées défavorisées, ceux qui ne sont pas devenus des étrangers, ceux qui n'ont pas émigré, mais qui, demeurés au sein de leurs propres pays, travaillent à des prix (si l'on peut dire) d'aumône, sans protection sociale, dans des conditions oubliées ici. (...)
Les marchés peuvent choisir leurs pauvres dans des circuits élargis ; le catalogue s'enrichit, car il existe désormais des pauvres pauvres et des pauvres riches. Et il en existe – on en découvre toujours – d'encore plus pauvres, moins difficiles, moins " exigeants ". Pas exigeants du tout. Des soldes fantastiques. Des promotions partout. Le travail est pour rien si l'on sait voyager. Autre avantage : le choix de ces pauvres-là, de ces pauvres pauvres, appauvrira les pauvres riches qui, devenus plus pauvres, proches des pauvres pauvres, seront à leur tour moins exigeants. La belle époque ! "
(pp. 142-143-144-145 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

L'ultralibéralisme ou l'alignement vers le bas
" (...)Rien ne saurait mieux démontrer la puissance de l'économie privée, son hégémonie. (...) Rien, sinon le chantage exercé à partir de là sur les politiques des pays développés afin qu'elles s'alignent sur le bas, diminuent la fiscalité, réduisent les dépensent publiques, les protections sociales, réglementent les déréglementations, les dérégulations, et " libèrent " le droit de licencier sans contrôle, abolissent le salaire minimum, flexibilisent le travail, et cætera, et cætera. " (p. 145-146 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Les sous-SMIC
" On se rue sur les CES, qui offrent de si belles carrières et débouchent, avec un peu de chance, sur un autre CES, c'est-à-dire un contrat à temps déterminé, tout à fait temporaire. Travail à temps partiel. Salaire équivalent à la moitié du SMIC, soit environ 2 800 F par mois ! " (pp. 148-149 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Baisse du chômage, hantise de la Bourse
" Un détail presque anecdotique. Alors que tous les politiciens s'égosillent à nous confier leur ardeur à lutter contre le chômage, l'annonce d'une baisse de celui-ci aux Etats-Unis? a fait s'effondrer, très récemment, les cours de la Bourse dans le monde entier. On pouvait lire dans Le Monde du 12 mars 1996 : " Le vendredi 8 mars laissera sur les marchés financiers la trace d'une journée noire. La publication des chiffres excellents, mais inattendus sur l'Emploi aux Etats-Unis? a été reçue comme une douche froide (...) A Wall Street, l'indice Dow Jones, qui avait battu encore un record mardi, a terminé sur une dégringolade de plus de 3% ; il s'agit de la plus forte baisse en pourcentage depuis le 15 novembre 1991. Les places européennes ont aussi lourdement chuté... Les places financières semblent particulièrement vulnérables à toutes mauvaises nouvelles... " (...)
Autre détail : les mêmes cours montaient en flèche, il y a quelques années, à l'annonce d'un licenciement monstre par Xerox de dizaines de milliers de travailleurs. "
" Cette baisse de la Bourse dictée par celle du chômage a-t-elle frappé l'opinion ? On ne l'a guère soulignée. (...) N'y avait-il pas là quelque signe, quelque indice ? Eh bien non ! Il n'a pas semblé. Même si la contradiction était radicale avec les lyrismes du discours général, avec les sempiternelles déclarations des politiques, celles aussi des chefs d'entreprise. Même si c'était un aveu des puissances financières reconnaissant là leurs intérêts véritables (...). " (pp. 150-151-152 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
La fin du travail aurait pu être une libération
" En 1980 encore, nous pouvions écrire : " ... Il est surprenant que la cybernétique ne se soit développée sous aucun régime. Que l'on s'en tienne toujours au même marché bancal et opprimant. La cybernétique n'est pas forcément une "solution", mais que l'on ignore cette possibilité fait tout de même symptôme. Manque d'imagination ? Au contraire, trop d'imagination ! Et que terrifie la liberté... " (La Violence du calme par Viviane Forrester) Car l'idée de la fin du travail, ou de tout ce qui allait dans cette voie, ne pouvait alors être tenue que pour une libération ! "
" (Les conséquences de la cybernétique), inscrites dans nos mœurs, auraient dû être des plus bénéfiques, presque miraculeuses. Elles ont des effets désastreux.
Au lieu d'ouvrir la voie d'une diminution et même d'une abolition bienvenues, concertées du travail, elle suscite sa raréfaction (...)
Loin de représenter une délivrance favorable à tous, proche d'un fantasme paradisiaque, l'évanouissement du travail devient une menace (...)" (pp. 158-159 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)
Les "résultats" du modèle anglo-saxon
" Ce dernier (le modèle anglo-saxon) obtient depuis quelque temps une baisse du chômage dans les statistiques grâce à une aide sociale qui frôle le degré zéro, à une maestria spectaculaire de la flexibilité du travail, et surtout grâce au fait que, selon le secrétaire du Travail lui-même, Robert Reich (Le Monde, 7-8 avril 1996.), par ailleurs grand économiste, souvent visionnaire, " les Etats-Unis? continuent de tolérer une grande disparité dans les revenus – la plus importante de tous les pays industrialisés –, laquelle serait sans doute intolérable dans la plupart des pays d'Europe occidentale ". Mais cette misère " intolérable ", fondée sur ce qui est présenté pudiquement comme une " grande disparité " entre l'indigence indicible d'un nombre impressionnant et l'opulence sans pareille d'une petite minorité, permet à Robert Reich de poursuivre : " En revanche, le pays a opté pour une plus grande flexibilité qui s'est traduite par davantage d'emplois. "
Voilà.
En clair, on est aussi pauvre, mais, en plus (si l'on ose dire), sans aide sociale, et tout en travaillant ! Triomphe des principes de l'OCDE et autres organisations mondiales. Non seulement les chômeurs davantage châtiés, le dénuement social accentué offrent au plus bas prix une main-d'œuvre dressée, manipulable à souhait, mais ils font baisser le taux du chômage. Cela se traduit par l'institutionnalisation d'une misère impensable dans un pays aussi puissant, où les fortunes s'amplifient dans des proportions jusqu'ici inconnues (...) "
" Aux Etats-Unis?, remarquait Edmund S. Phelps, l'emploi est favorisé au détriment des salaires, alors qu'en Europe, les salaires le sont au détriment de l'emploi. Peut-être. Mais rien, nulle part, ne joue au détriment du profit ! " (pp. 166-167-171 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

La résistance française au modèle anglo-saxon
" (...)C'est surtout surprenant et dû, en France, à la résistance discrète d'une opinion silencieuse, inorganisée, mais nerveuse, apte à de soudaines vigilances et, sur beaucoup de points, encore peu liée ou même étrangère à la " pensée unique ". Une culture sociale et des acquis sociaux très enracinés nous maintiennent encore dans un ordre qui, pour être ébranlé, pour sembler céder, tient toujours d'un registre humain, lequel persiste à demeurer souvent une référence majeure. Même si, mondialisés comme il se doit, nous glissons plus ou moins insensiblement hors de cet ordre du droit, il est encore le nôtre. " (p. 174 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

L'obole donnée aux pauvres diminue
" Dans la majorité des cas, les allocations de chômage ne permettent de subsister qu'au-dessous, souvent très au-dessous du seuil de pauvreté. Tous les quatre mois elles diminuent de 15 à 25 pour cent. La durée des indemnisations a été raccourcie en 1992. Quant au RMI, il représente la somme fabuleuse de 2 300 F par mois ! Sans compter le nombre impressionnant de cas non inscrits. Sans compter certaines retraites, comme celles de veuves " vivant " avec 2 000 francs par mois. Sans compter aussi les poubelles que sont bien des " asiles " de vieillards. Vieillards pauvres, punis si cruellement, en ces lieux qui font la honte d'une " civilisation ", d'avoir vécu et d'encombrer encore. " (p. 178 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Notre dernière utilité : consommer
" Reste au grand nombre un dernier rôle à remplir, éminent : celui de consommateurs. Il convient à chacun : n'arrive-t-il pas, même aux plus défavorisés de manger, par exemple, des nouilles aux noms célèbres, plus honorés que leurs propres noms ? des nouilles cotées en Bourse ? (...)
Consommer, notre dernier recours. Notre dernière utilité. " (p. 179 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)

Supprimer les acquis sociaux pour aider les pauvres
" On désintègre des institutions, on dégrade des acquis sociaux, mais, chaque fois, pour les préserver, pour leur donner une dernière chance : " C'est pour mieux te sauver, mon enfant ! " " (p. 186 de L'horreur économique par Viviane Forrester – 1996 – Fayard)



Ignacio Ramonet, Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée


En résumé…" Le rythme précipité et la profondeur des transformations de tous ordres, en cette fin de millénaire, stupéfient. La mondialisation de l'économie bouleverse tout, stimulée par l'accélération des technologies de l'information. Le marché et la communication s'imposent comme modèles généraux ayant vocation à transformer toutes les activités humaines. Etats-nations, gouvernements, partis et syndicats perdent leurs repères traditionnels. Les responsables politiques donnent l'impression de ne pas être à la hauteur, de ne point comprendre qu'ils vivent un radical changement d'ère.
Les Etats-Unis?, superpuissance unique, doivent désormais compter sur la rivalité de deux autres pôles : l'Europe et l'Asie-Pacifique. Mais ce triptyque triomphant est à son tour défié par les pays émergents, et par le déferlement des haines ethniques, nationalistes et religieuses qui explosent partout. Il doit également faire face à l'effondrement du Sud où vit 80% de la population du globe.
Dans un monde interdépendant, la protection de l'environnement relève également de la haute politique. Quelles réponses globales à des questions cruciales sur la démographie, la techno-science, l'effet de serre, le sous-développement, le système de sécurité ?
A quoi ressemble le nouveau paysage planétaire ? Quels Etats, quelles forces, quels nouveaux paradigmes émergent dans ce contexte ? Quel est le système de pensée dominant ? Quelles nouvelles clés pour comprendre la formidable mutation actuelle ? L'envergure ne doit pas nous faire douter du futur. " (Ignacio Ramonet, au dos du livre Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Table des matières·
Introduction · Mutation du futur · La néohégémonie américaine · Régimes globalitaires · Le système PPII planétaire, permanent, immédiat, immatériel · Montée de l'irrationnel · Le matin des tribus · Les rébellions à venir · L'agonie de la culture · L'ère Internet · Postface. Le modèle archipel
" Jamais les maîtres de la Terre n'ont été aussi peu nombreux, ni aussi puissants "
" Aujourd'hui, ce sont des entreprises et des conglomérats, des groupes industriels et financiers privés qui entendent dominer le monde, lancent leurs razzias, et amassent un immense butin. Jamais les maîtres de la Terre n'ont été aussi peu nombreux, ni aussi puissants. " (p. 11 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)
" (...) à l'heure actuelle déjà, sur les deux cents premières économies du monde, plus de la moitié ne sont pas des pays mais des entreprises. (...)
Le chiffre d'affaires de la General Motors est plus élevé que le produit national brut (PNB) du Danemark, celui de Ford est plus important que le PNB de la Norvège. Et nous sommes ici dans le domaine de l'économie réelle, celle qui produit et échange des biens et services concrets. Si l'on y ajoute les acteurs principaux de l'économie financière, c'est-à-dire les principaux fonds de pension américains et japonais qui dominent les marchés financiers, le poids des Etats devient presque négligeable. " (pp. 61-62 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Produire plus en moins de temps
" L'accélération technologique a fortement stimulé, ces dernières années, la productivité et l'on peut désormais produire plus, en moins de temps et avec moins de salariés. En France, selon André Gorz, la durée annuelle du travail a diminué d'un tiers en trente ans, cependant que la production a plus que doublé. Et le phénomène s'accentue, au point que l'on peut aujourd'hui produire plus de richesses sans créer d'emplois. " (p. 31 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Le Nivellement par le bas ou "dumping social"
" Les salariés des pays d'origine de la firme sont intégrés malgré eux dans le marché international du travail. Le nivellement se faisant par le bas, les faibles salaires et la moindre protection sociale l'emportent. (...) L'entreprise globale recherche, par les délocalisations et l'augmentation incessante de la productivité, le profit maximal ; cette obsession la conduit à produire là où les coûts salariaux sont les plus faibles et à vendre là où les niveaux de vie sont les plus élevés. Au Sud, les délocalisations d'usines visent à exploiter et à tirer profit d'une main d'œuvre très bon marché. Au Nord, automatisation, robotisation et nouvelle organisation du travail entraînent des licenciements massifs (downsizing) qui traumatisent profondément les sociétés démocratiques développées, d'autant que la destruction de millions d'emplois n'est point compensée par des créations dans d'autres secteurs. " (pp. 51-52 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Darwinisme social
" (...) seuls les plus forts l'emportent, en toute légitimité, les plus faibles sont exclus. La vie est une lutte, une jungle. Darwinisme économique et darwinisme social (appels constants à la compétition, à la sélection, à l'adaptation) s'imposent comme allant de soi. " (p. 69 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

L'Asie en concurrence avec l'Europe
" Actuellement, un milliard et demi de travailleurs en Asie-Pacifique? gagnent entre 2,5 et 44 dollars par jour, quand le salaire journalier moyen dans les pays industrialisés d'Europe de l'Ouest, des Etats-Unis? et du Japon n'est jamais inférieur à 95 dollars (...). Les produits manufacturés et les produits agricoles reviennent donc beaucoup moins chers dans les pays du Sud et concurrencent ceux fabriqués ou cultivés dans le Nord. Cela entraîne des délocalisations d'usines vers le Sud et du chômage de masse au Nord, ainsi que des tentatives de démantèlement des protections sociales accusées de renchérir le coût du travail... " (p. 22 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Madeleine Albright à la conquête du monde
" Madeleine Albright ), alors secrétaire d'Etat, affirmait: "L'un des objectifs majeurs de notre gouvernement est de s'assurer que les intérêts économiques des Etats-Unis? pourront être étendus à l'échelle planétaire." " (p. 47 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Uniformisation du monde
" Autour de soi, chacun sent bien que l'alibi de la modernité sert à tout faire ployer sous l'implacable niveau d'une stérile uniformité. Un pareil style de vie s'impose d'un bout à l'autre de la planète, répandu par les médias et prescrit par le matraquage de la culture de masse. De La Paz à Ouagadougou, de Kyoto à Saint-Pétersbourg?, d'Oran à Amsterdam, mêmes films, mêmes séries télévisées, mêmes informations, mêmes chansons, mêmes slogans publicitaires, mêmes objets, mêmes vêtements, même urbanisme, même architecture, même type d'appartements souvent meublés et décorés d'identique manière... " (p. 49 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Ultralibéralisme et Montée des nationalismes
" Imposer au forceps la stratégie ultralibérale, en dépit des résistances populaires, signifie non seulement affaiblir la démocratie mais encore alimenter les nationalismes les plus agressifs. "Le réveil des nationalismes à l'Est n'est le plus souvent qu'une réaction de gens désespérés – estime Karol Modzelewski –, ouvriers, techniciens, enseignants paupérisés et déclassés, tous cherchent des explications simples au phénomène incompréhensible de leur malheur. Et ils trouvent des coupables faciles : les élites, les étrangers, les gens de langue ou de religion différentes sur lesquels décharger leurs frustrations." " (p. 30 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Economie financière et économie réelle
" Le volume des transactions financières est dix fois supérieur à celui des échanges commerciaux. L'économie financière l'emporte, de loin, sur l'économie réelle. Le mouvement perpétuel des monnaies et des taux d'intérêt apparaît comme un facteur d'instabilité, d'autant plus dangereux qu'il est autonome et de plus en plus déconnecté du pouvoir politique. " (p. 55 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)
" (...)le montant des transactions sur les marchés monétaires et financiers représente environ cinquante fois la valeur des échanges commerciaux internationaux... " (p. 70 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Les spéculateurs : économie casino et tricheries
" Avec le krach d'octobre 1987 et le dégonflement de la "bulle" financière, les faillites se sont succédé en cascade et l'on a alors découvert d'incroyables escroqueries propres à l'économie-casino. Au Japon ..., sur la liste des dix plus grandes fortunes publiée par le mensuel Nikkei Ventre, on ne trouve que trois milliardaires devant leurs richesses à des activités relevant de l'économie réelle. Les autres sont des spéculateurs.
De nombreuses personnalités qui durant la seconde moitié des années quatre-vingt avaient été citées en modèle à cause de leur foudroyant enrichissement ont été inculpées d'escroquerie, d'extorsion, d'abus de confiance et de corruption de divers ordres. Elles se sont souvent retrouvées en prison. Les héros étaient des tricheurs. La liste est interminable qui va de Robert Maxwell à Bernard Tapie.
Leur conception de l'économie-casino a été directement responsable, entre autres, de la débâcle des caisses d'épargne américaines (40 milliards de dollars de pertes) qui a entraîné la ruine de milliers d'épargnants, ou de la déconfiture du Crédit Lyonnais en France (plus de 100 milliards de francs de pertes). Cela prouve, une fois encore, le fallacieux présupposé, rappelé ironiquement par John K. Galbraith, et qui voudrait faire croire que "les gros capitaux seraient nécessairement entre des gens doués d'une puissance intellectuelle exceptionnelle". " (p. 28 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)
" L'ère ouverte par Ronald Reagan et caractérisée par la déréglementation et les golden boys se terminait de manière affligeante. La plupart des grands héros de la Bourse, ceux dont l'enrichissement foudroyant émerveillait le monde et semblait montrer l'efficacité du capitalisme flamboyant – les Ivan Boesky, Michael Milken, Martin Siegel, Dennis Levine, John Gutfreund – se sont révélés être des imposteurs et ont souvent fini en prison.
Leur fureur spéculative, et celle de leurs émules avaient fini par mettre en péril non seulement le système boursier américain (cf. le krach d'octobre 1987), mais le système financier international. " (p. 42 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Une sauvagerie potentielle à réguler
" Le plus grave, dans cette instrumentalisation idéologique de la mondialisation, c'est évidemment de condamner par avance – au nom du "réalisme" – toute velléité de résistance ou même de dissidence. Sont ainsi frappés d'opprobre ou définis comme "populistes" tous sursauts républicains, toutes recherches d'alternatives, toutes tentatives de régulation démocratique, toutes critiques du marché. La mondialisation n'est ni une fatalité incontournable, ni un "accident" de l'histoire. Elle constitue un grand défi à relever, une sauvagerie potentielle à réguler, c'est-à-dire, au bout du compte, à civiliser. C'est politiquement qu'il s'agit de résister à cette obscure dissolution de la politique elle-même dans la résignation ou la désespérance. " (p. 56 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Des inégalités qui pourraient conduire à une augmentation du terrorisme et de la violence
" Le professeur Klaus Schwab, fondateur du forum de Davos, a lui-même formulé la première mise en garde : "La mondialisation est entrée dans une phase très critique. Le retour de bâton se fait de plus en plus sentir. On peut craindre qu'il y ait un impact fort néfaste sur l'activité économique et la stabilité politique de nombreux pays."
D'autres experts ont fait un constat encore plus pessimiste. Ainsi, Rosabeth Moss Kanter, ancienne directrice de la Harvard Business Review et auteur de l'ouvrage The World Class, a averti : " Il faut créer la confiance chez les salariés, et organiser la coopération entre les entreprises afin que les collectivités locales, les villes et les régions bénéficient de la mondialisation. Sinon nous assisterons à la résurgence de mouvements sociaux comme nous n'en avons jamais vu depuis la seconde guerre mondiale." C'est également la grande crainte de Percy Barnevik, patron de Asea Brown Boverti (ABB), l'une des principales compagnies énergétiques du monde, qui a lancé ce cri d'alerte : "Si les entreprises ne relèvent pas les défis de la pauvreté et du chômage, les tensions vont s'accroître entre les possédants et les démunis, et il y aura une augmentation considérable du terrorisme et de la violence." " (pp. 58-59 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)
" Le mécanisme qui peut arrêter cette course au désastre, dans la phase de glaciation mondialisatrice à laquelle nous sommes parvenus, est celui d'une dissidence impliquant progressivement une masse critique de citoyens décidés à faire prévaloir leurs droits élémentaires et à favoriser l'avènement d'une vraie société politique. " (p. 62 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Le temps des révolutions
" L'adoption aveugle des recettes libérales par certains pays du Sud conduit à une modernisation qui ne se propose pas de réduire les abyssales inégalités existantes et n'envisage pas – du moins dans un premier temps – l'intégration de la population déshéritée dans le circuit de la richesse. Comme, d'autre part, l'Etat cesse de garantir le droit à l'éducation, au logement et à la santé, des révoltes vont se multiplier. Quand le rêve d'évolution se dissipe, revient le temps des révolutions.
La voix des pauvres se fera de plus en plus entendre dans un monde où, bientôt, les nantis seront cinq cents millions et les laissés-pour-compte plus de cinq milliards... " (p. 124 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Civilisations mortelles
Selon Paul Valéry : " Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles : nous avions entendu parler de mondes disparus tout entiers, d'empires coulés à pic avec tous leurs hommes et tous leurs engins, descendus au fond inexplorable des siècles, avec leurs dieux et leurs lois, leurs académies et leurs dictionnaires... Nous voyons maintenant que l'abîme de l'histoire est assez grand pour tout le monde. " (Paul Valéry, cité p. 130 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

0,75% de la main d'oeuvre se trouve dans les 200 plus grandes firmes
" (...) si l'on considère le chiffre d'affaires global des 200 principales entreprises de la planète, son montant représente plus du quart de l'activité économique mondiale ; et pourtant, ces 200 firmes n'emploient que 18,8 millions de salariés, soit moins de 0,75% de la main d'oeuvre planétaire... " (p. 61 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Tiers-mondisation du Royaume-Uni?
" (...) selon des rapports récents de l'ONU, de la Banque mondiale et de l'OCDE : "Au Royaume-Uni?, les inégalités entre riches et pauvres sont les plus importantes du monde occidental, comparables à celles qui existent au Nigeria, et plus profondes que celles que l'on trouve, par exemple, à la Jamaïque, au Sri Lanka ou en Ethiopie." " (p. 64 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Inégalités aux Etats-Unis?
" (...) comme le constate l'International Herald Tribune, du 19 avril 1995 : "1% des personnes les plus fortunées contrôlent environ 40% de la richesse nationale, soit deux fois plus qu'au Royaume-Uni? qui est le pays le plus inégalitaire d'Europe occidentale." " (p. 74 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

"Le capitalisme ne peut s'effondrer" (A. Minc)
Selon Alain Minc : " Le capitalisme ne peut s'effondrer, c'est l'état naturel de la société. La démocratie n'est pas l'état naturel de la société. Le marché oui " (Alain Minc, cité p. 74 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)

Pire que le colonialisme
" (...) le peintre espagnol Miquel Barceló, considéré comme l'une des plus brillantes révélations de la nouvelle peinture contemporaine, qui vit au Mali, exprime sa révolte devant les inégalités entre le Nord et le Sud : "Les choses les plus atroces sont peut-être les moins spectaculaires, comme par exemple la façon dont l'Occident écrase le tiers-monde entre la Banque mondiale, les crédits et le contrôle des matières premières des pays les plus pauvres du monde. C'est une situation plus cruelle que le colonialisme. Au moins, durant le colonialisme, les pays du Nord se sentaient obligés de construire des routes et des écoles. Maintenant ils n'ont aucune obligation. (...)" " (pp. 138-139 de Géopolitique du chaos par Ignacio Ramonet – 1997 – Galilée)



Suite Ultraliberalisme2

Créé par: Armand Dernière modification: Lundi 07 de Avril, 2008 13:35:48 CEST par Armand


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki