Menu

Utilisateurs connectés

1 utilisateur connecté

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Energie1

2 - SOCIETALISME > 2.4 - PROJET SOCIETAL > Energie et matières premières
Quelles énergies pour demain ? Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter
Préambule
Les pages de Jean - Marc Jancovici sur le site http://www.manicore.com/ sont réellement incontournables. Néanmoins, attention à la baisse de moral pendant la lecture sad


Energie.

Que voilà un joli mot, plein de promesse. "Il a de l'énergie à revendre", Quelle énergie!", "Faire preuve d'énergie". Toutes ces expressions françaises, flatteuses pour la personne entreprenante ainsi qualifiée, indiquent bel et bien, au-delà de leur aspect anecdotique, une réalité première de notre civilisation: sans énergie, de quelque forme que ce soit, nous sommes perdus. Pas d'énergie, cela veut dire, au hasard et sans être exhaustif, pas de téléphone, pas de voiture, pas d'avion, pas de machine à café, pas de lumière, pas d'horloge, pas d'eau chaude pour les pâtes, pas d'eau dans la chasse d'eau (ben oui, à votre avis, qu'est-ce qui fait monter l'eau dans le château d'eau du coin de la rue?). Bref, rien, hormis nos deux pattes et nos deux mains, qui bientôt peineraient à fonctionner, suite à l'impossibilité de transporter au coeur de nos villes les produits nécessaires à notre subsistance.

Car c'est un fait indéniable: la civilisation humaine est de plus en plus énergivore. Par conséquent, les Hommes ont cherché toute sorte de moyens de se procurer les quantités énormes d'énergie dont ils ont besoin, à travers diverses techniques, et à partir de divers matériaux, jusqu'à provoquer des dégâts irréparables à la Planète. La discussion sur les formes d'énergie à utiliser devient alors passionnelle, et chacun tire à hue et à dia, et personne ne comprend plus le pourquoi, le comment, ni les enjeux sous-jacents de la politique énergétique de son pays.

Comme il est de notoriété publique qu'il vaut mieux avoir une tête bien faite qu'une tête bien pleine, j'estime nécessaire de poser avant toute chose les bases claires et précises de ce dont il est ici question, afin de pouvoir en débattre ensuite "en connaissance de cause". Avec ces bases enfin clairement établies, tout un chacun pourra décider en son âme et conscience si le plus idiot des lobbies est celui d'EDF ou celui de Greenpeace.

Je vous propose de commencer mon exposé sur l'énergie par un bref rappel historique, puis de détailler en quelques lignes les grandes catégories d'énergie. Nous poursuivrons par un résumé plus exhaustif des contraintes actuelles sur l'énergie (renouvelable ou non?) avant de conclure sur quelques pistes pour l'avenir.

Bref histoire de l'Energie

Au commencement, l'Homme, comme toute la création, était nu, et ne disposait d'autre énergie que celle de ses bras, sans entrer maintenant dans le détail de l'origine de cette énergie de bras. Puis vint la domestication du feu. Première forme d'énergie utilisée par l'Homme, le feu, issu de la combustion dans l'air de matière organique réduite, restera pendant très longtemps la seule source d'énergie artificielle utilisée par l'Homme. Avec le feu il est possible de se chauffer, de cuire des aliments, de s'éclairer (un peu), et d'éloigner les prédateurs. Mais avec le feu, il est aussi possible de faire éclater sans beaucoup d'effort des roches, ou encore d'extraire du métal de minerai oxydés. Le feu est donc bien une des pierres angulaires de la civilisation.

Seconde arrivée, l'eau, ou plus exactement la force de gravité, exploitée à travers le phénomène de chute des corps, et en particulier de l'eau. Dès la plus haute antiquité, la force des chutes et cours d'eau a été utilisée pour des travaux nécessitant beaucoup de force, comme le broyage de grains ou de minerais. L'apogée de la force hydraulique brute restera sans doute le Moyen-Âge européen, avec la multiplication des moulins "au fil de l'eau", dont la réalisation a été rendue possible par l'invention de la roue à aube, déjà connue des Romains.

Tout ceci dura bien des siècles, même si quelques anecdotes de "scientifiques" ont, sans que personne ne se soucie d'en comprendre les causes, utilisé d'autres énergies, comme l'énergie hydraulique ou l'électricité. Des systèmes ingénieux ont été décrits depuis le temps de la Grèce antique, sans que la véracité de leur réalisation pratique ne soit vraiment démontrée aujourd'hui.

Le "boom" des formes énergétiques date de la fin de la Renaissance italienne, puis du Siècle des Lumières, qui, par leur opposition réussie aux Dogmes de l'Eglise Catholique, ont su dépasser les préjugés et dictats de la religion, pour ouvrir le monde à l'approche scientifique de la compréhension des phénomènes. Initiée au XVIIème siècle par l'invention, puis la réalisation en étapes successives, de la machine à vapeur (qui utilise une conversion thermique/mécanique à partir du feu), la liste des énergie découvertes, puis appliquées, se complète avec l'électricité (XIXème et XXème siècle), puis enfin l'énergie nucléaire (XXème siècle).

Mais enfin, pourquoi tant de formes de l'énergie àComment s'y retrouver?

Les énergies et leurs origines

Classiquement, c'est à dire du point de vue de la production, on distingue trois formes d'énergie:

L'énergie thermique: c'est l'énergie retirée du feu, donc de la combustion dans l'air de matière organique réduite. Cette matière peut être végétale (bois, paille...) ou fossile (charbon, pétrole, gaz).

L'énergie hydraulique: c'est l'énergie retirée de la chute de l'eau, à l'air libre (moulin à roue), ou sous conduite forcée (turbine).

L'énergie nucléaire: c'est l'énergie pure, celle qui vient directement de l'origine des temps, par l'intermédiaire de la matière qui la porte depuis le commencement de l'Univers. Car finalement, depuis le très célèbre E=mc2 d'Albert Einstein, on sait que la matière n'est rien d'autre que de l'énergie condensée et plutôt sage, et qu'il est possible d'en déchaîner un tout petit peu, dans certaines circonstances, et avec quelle conséquences!!!

L'énergie électrique: c'est une énergie dite "secondaire", car il n'est pas possible de la produire sans consommer au préalable une autre forme d'énergie. Grâce à l'invention de la dynamo et de ses dérivés, il est aujourd'hui possible de produire de l'électricité avec toute énergie primaire suscptible de donner un travail mécanique (énergies thermique, hydraulique et nucléaire).

Les énergies alternatives: ce sont des énergies aujourd'hui peu utilisées, et généralement dans des situations d'isolement de l'installation utilisant l'énergie. Les plus connues sont l'énergie solaire et l'énergie éolienne.

Bien. Nous avons à peu près fait le tour des formes d'énergies. Recentrons nous maintenant sur le sujet qui nous préoccupe dans le cadre d'une amélioration, et surtout d'une pérennisation, de l'activité technologique humaine.

Renouvelable ou non?_

La grande question qui se pose aujourd'hui à l'Humanité est celle-ci: l'énergie que j'utilise est-elle renouvelable ou pas ? Je rassure tout de suite tout le monde: en vertu du second principe de la thermodynamique, il n'y a pas d'énergie renouvelable, et toute énergie consommée est bel et bien définitivement perdue pour l'Univers tout entier. Bon. Alors ? Pourquoi entend-on sans cesse parler d'énergie "renouvelable"? Sans doute parce qu'il faudrait plutôt parler d'énergie "inépuisables", du moins à l'échelle de temps de la vie des civilisations. Les autres énergies, elles, sont donc "épuisables", en ce sens que leur stock sur Terre est limité, et que l'exploitation des gisements jusqu'à la dernière ressource est envisageable sur un laps de temps très court (trois, cinq ou même dix générations).

Energies épuisables: Les plus connues des énergies épuisables sont le charbon, le pétrole et le gaz. L'énergie nucléaire en fait aussi partie, même si l'échéance d'épuisement des stocks est plus éloignée, et même si il était possible d'utiliser systématiquement les filières de la surrégénération. La seule énergie nucléaire qui ne serait pas épuisable sur Terre serait celle de la fusion nucléaire, qui utiliserait l'eau comme combustible, et ne parviendrait à épuisement (au rythme des besoins actuels en énergie) qu'au bout d'un temps dépassant l'espérance de vie de notre étoile, le Soleil. Mais la fusion n'est pas encore maîtrisée, et on se demande si il faut à tout prix chercher à la maîtriser (enfin, moi je me le demande wink).

Energies inépuisables: Ces énergies ont toutes pour origine l'énergie nucléaire, qui nous parvient naturellement de deux endroits: le Soleil, et la Terre. Du Soleil vient toute l'énergie qui rend notre atmosphère si dynamique (rendez-vous voir sur les rivages de Terre-Neuve? en novembre, pour comprendre de quoi je parle), et toute l'énergie qui permet la Vie sur Terre (sauf quelques exceptionnelles chaînes alimentaires, qui sont basées sur l'énergie nucléaire de la Terre). Toutes les énergies dites "renouvelables" (donc, nous l'avons vu, à considérer plutôt comme "inépuisables") viennent du Soleil, à une exception près, détaillée ci-après.

Du Soleil découlent le photovoltaïque (conversion lumière -> électricité), le thermique renouvelable (bois, biomasse, diester et autre bio-carburants), le thermique direct (chauffage d'eau par capteurs solaires), ainsi que l'éolien et l'hydraulique (c'est le Soleil qui, en réchauffant inégalement notre planète, est à l'origine du climat, donc vent et pluie).

A noter que le thermique fossile (charbon, pétrole, gaz) est lui aussi d'origine solaire, puisque issu de la conservation, sur de très longues périodes géologiques, de matière organique réduite, donc de biomasse.

De la Terre ne vient que l'énergie géothermique, qui traduit le fait que notre planète évacue vers l'extérieur l'énergie libérée en son sein par la désintégration radioactive de certains éléments naturels (essentiellement potassium et uranium).

Une ultime énergie, anecdotique quant à son utilisation, peut être considérée comme inépuisable, sans être le moins du monde nucléaire: c'est l'énergie de marée, d'origine gravitique, et qui s'exprime par la variation d'altitude cyclique du niveau des mers (parfois exploitée pour créer une chute d'eau: usines marémotrices), et par un réchauffement de la planète, à cause des déformations encourues et par un "effet de frein" (conversion énergie cinétique -> énergie thermique, comme quand vous freinez avec votre voiture: les freins chauffent!). Cette énergie de marée "interne" se mêle, sans possibilité de distinction, à l'énergie nucléaire, et concourt à l'énergie géothermique.

Les limites temporelles d'exploitation de ces ressources sont du même ordre de grandeur que la durée de vie de notre planète, c'est à dire qu'elle cesseront d'exister avec le Soleil, dans quelques 5 milliards d'années (à ce moment, le Soleil grossira énormément, et "avalera" la Terre). C'est pourquoi j'ai dit plus haut qu'elles étaient "inépuisable à l'échelle du temps de vie des civilisations". Pour "l'après Soleil", il faudra que notre descendance cherche refuge ailleurs dans la galaxie...

Les complications de l'exploitation...

Toutes ces énergies, sauf les plus anecdotiques, ont été utilisées industriellement depuis des décennies. Avec le recul, une conclusion s'impose: au-delà de leur fin proche (posant la question de leur remplacement), les énergies épuisables provoquent de graves dégâts à la Planète, dégâts dont les conséquences sur la civilisation humaine pourraient être pires que la perte ou la diminution des ressources énergétiques.

L'exemple le plus frappant, et le plus médiatisé, est celui du réchauffement climatique mondial, dû au relargage dans l'atmosphère de quantités monstrueuses de CO2 et de méthane, autrefois stockées sous forme d'énergie fossile.

Un autre exemple est celui des déchets nucléaires, dont l'élimination physique est aujourd'hui impossible à l'échelle industrielle, et dont l'élimination naturelle reste très longue (39000 ans sont nécessaires pour faire décroître de moitié la radioactivité du plutonium 239, et autant de plus pour n'en conserver qu'un quart, et encore autant pour arriver à un huitième, etc).

Toutefois, en raisonnant froidement, et en connaissant les possibilités techniques offertes aujourd'hui, il semblerait plus raisonnable d'utiliser l'énergie nucléaire que l'énergie fossile, car la première ne provoque aucun effet de serre, et ses déchets sont de volume limité, donc encore assez facilement "gérables" Note de Norman: de plus on peut concevoir des moyens techniques de disposer définitivement et écologiquement de ces déchets, même si ces moyens ne sont pas économiquement rentables pour le moment. Fin de la note. Dans l'optique d'un débat entre les deux principales formes de l'énergie épuisable, faut-il donc donner raison à EDF, qui veut maintenir son parc de centrales nucléaires, ou bien à Greenpeace, qui demande leur fermeture et leur remplacement par des centrales à charbon équipées de filtres à poussières et à soufre (mais pas à CO2)? Personnellement, sachant que de deux maux il faut choisir le moindre, je choisis le nucléaire, parce qu'il permet d'attendre des solutions meilleures (à mettre en oeuvre très vite!!) sans accroître notablement les dégâts sur l'environnement planétaire. Ce n'est pas le cas des énergies fossiles, dont les dégâts sont déjà planétaires, et s'empirent avec chaque jour qui passe (note: par planétaire, j'entend "auquel personne n'a moyen d'échapper", ce qui est le cas de l'effet de serre, mais pas encore des déchets nucléaires).

Quelques voies pour l'avenir

Sachant ce qui vient d'être dit, deux constats s'imposent:

La meilleure énergie est celle qu'on ne consomme pas
La moins pire des énergies est celle qui se prélève au plus près d'une source inépuisable.

Seules ces deux constats doivent fonder et diriger tout débat sur la politique énergétique d'une nation (et toute réflexion des particuliers quant à leurs choix de vie). Sans cela, on en arrive fatalement à de vraies "fausses bonnes idées", comme la voiture électrique pour tous. En effet, si tout le monde roulait en voiture électrique, il faudrait consommer plus de charbon, de pétrole et de gaz pour produire toute cette électricité que ce qui aurait été consommé si on avait continué à rouler à l'essence, à moins de ne produire presque tout à l'aide du nucléaire. Donc, la voiture électrique n'a un impact positif sur l'état de la Planète QUE si l'electricité est produite par captation d'une source d'énergie inépuisable (éolien, hydraulique, photovoltaïque, etc). Connaissant les rendements de conversion d'une forme énergétique à l'autre, il est illusoire aujourd'hui de penser améliorer les choses avec une voiture électrique. En effet, il sera plus "rentable" d'utiliser du diester, un substitut de gas-oil pour véhicules diesel produit à partir du colza. Le diester est une énergie inépuisable, et "propre" si le colza est cultivé 'bio".

Note de Norman: nos voitures à essence et diesel gaspillent la plus grande part de l'énergie qu'elles consomment, pour trois raisons:
1. le faible rendement des moteurs à explosion (ils sont limités à moins de 50 % par le trop faible écart entre la température ambiante et la température produite par l'explosion), '
2. la chute rapide de rendement de ces mêmes moteurs lorsqu'on s'éloigne de leur régime optimal (ces pertes pourraient être réduites en faisant toujours tourner le moteur à vitesse optimale et en utilisant une transmission à rapport continuellement variatiable pour changer la vitesse du véhicule),
3. la transformation en chaleur de l'énergie cinétique du véhicule lors des descentes et du freinage. Il y aurait sans doute moyen de concevoir un véhicule classique à bio-combustible ayant un meilleur rendement, mais la voie bio-électrique est peut-être la plus intéressante: une petite génératrice alimentée par un moteur à turbine à bio-combustible (les turbines peuvent avoir de meilleurs rendements que les moteurs à explosion) charge des batteries qui alimentent des petits moteurs électriques placés dans les roues (ces moteurs fonctionnent en génératrices et rechargent les batteries lors du freinage et dans les descentes), le tout étant contrôlé par ordinateur pour maximiser le rendement de l'ensemble. Curieusement, nos grands constructeurs automobiles ne semblent pas intéressés à développer cette voie... Fin de la note.

Note Zug1 il y a aussi l' huile végétale brute c'est moins cher à fabriquer que le diester et surtout beaucoup plus simple en sorte que la production peut être locale, décentralisée. C'est pas du colza, mais du tournesol : les graines pour l'huile et les tourteaux pour l'alimentation du bétail. De plus le tournesol serait moins exigeant à cultiver que le colza. Cela dit le moteur électrique n'est pas sans intérêt, car il est plus simple à maintenir qu'une turbine ou un moteur à explosion, en plus on peut faire passer de l'infos; le moins on aurait à faire, mieux c'est. Evidemment, la production d'électricité n'est pas idéale actuellement. / Note.~

Après ce beau contre-exemple de la voiture électrique, voici en vrac quelques pistes qui pourraient pallier à notre manque chronique d'énergie (sans jeu de mot sur notre forme physique!!!) . Libre à chacun d'ajouter et commenter...

Le solaire

L'energie électrique étant impossible à stocker, et le moins de conversion entraînant fatalement le meilleur rendement, la plus idoine des utilisations du soleil est le "solaire passif", qui consiste à concevoir et construire les logements afin de profiter au maximum de l'énergie du soleil (orientation de la construction, place et dimension des ouvertures, utilisation des pièces, choix des matériaux, vérandas et volumes tampons, etc). La seconde utilisation la moins idiote est le captage direct. Avec cela, il est possible de chauffer son eau sanitaire (pour la douche, la vaisselle, le lave-linge...), et même la maison (plancher chauffant direct). La troisième utilisation va au photovoltaïque, même si je ne suis pas sûr du tout du bilan énergétique global de la photopile (autrement dit, l'énorme quantité d'énergie nécessaire pour fabriquer une photopile sera-t-elle récupérée pendant la durée de vie de celle-ci sachant que, dans l'état actuel des choses, les photopiles ne sont pas recyclables?).

Note de Norman: il y a aussi le solaire thermo-électrique (capter la lumière solaire pour transformer de l'eau en vapeur sous pression puis utiliser celle-ci pour actionner turbines et génératrices électriques). D'autre part, le solaire photo-organique - qui utilise des photopiles formées de colorants organiques - semble promettre des photopiles exigeant beaucoup moins d'énergie pour leur fabrication et dont le rendement dépasserait nettement celui des photopiles au silicium et à l'arseniure de gallium actuellement utilisées... Fin de la note.

Quatrième utilisation, dérivée un peu plus lointaine du solaire, la biomasse, utilisée directement (bois), ou après traitement intermédiaire (papier recyclé brûlé sous forme de bûchettes, méthane de fermentation des déchets organiques, etc), ou sous forme de bio-combustibles (diester, bio-gaz et autres solutions similaires).

Autre utilisation possible, à moyen ou long terme: la photosynthèse artificielle. Quelques chercheurs de par le monde travaillent aujourd'hui sur des matérieux qui, tout comme la chlorophylle naturelle, sont capables, sous l'influence de la lumière, d'hydrolyser l'eau, c'est à dire de produire de l'hydrogène. Celui-ci est un carburant relativement universel, qui pourrait être utilisé dans les moteurs, les chaudières, etc, mais aussi dans les piles à combustibles. Il est malheureusement encombrant à stocker, à cause de sa densité extrêmement faible et de son très bas point de liquéfaction.

l'éolien

L'énergie éolienne est intéressante, mais produit essentiellement de l'électricité, toujours impossible à stocker, sauf sout forme d'énergie chimique (batteries au plomb le plus souvent). Une idée que j'avais eue, mais la faisabilité reste à prouver, était d'implanter des éoliennes de forte puissance sur les anciennes plate-formes pétrolières (par exemple en mer du Nord), et d'hydrolyser l'eau de mer pour en extraire de l'hydrogène. Cela nécessite d'utiliser une partie de l'énergie produite pour dessaler l'eau de mer, car sinon, on produit certes de l'hydrogène, mais aussi du chlore, gaz hautement toxique et corrosif. Sinon, l'éolien peut servir d'apport local à une petite installation, et, par exemple, nombre de petits voiliers sont équipés d'éoliennes, dont l'énergie, stockée dans des batteries, sert à l'alimentation de petits appareils de navigation, ou bien à l'éclairage du bord. Il serait possible de s'inspirer de cela pour nos maisons (qui y gagneraient en sécurité, du fait de la faible tension délivrée par les batteries).

Note de Norman: l'énergie électrique (éolienne ou autre) est aussi stockable sous forme gravitationnelle (pomper de l'eau vers un réservoir en altitude et actionner une turbine avec l'eau qui redescend lorsqu'on a besoin de l'énergie stockée) mais le rendement n'est pas génial, ou sous forme thermique (mais là c'est nettement plus intéressant pour l'énergie thermique, par exemple pour le solaire thermique: en chauffant une masse importante - et bien isolée - avec la vapeur produite par un système solaire thermique, on peut stocker une large fraction de l'énergie captée, ce qui permet de restituer cette énergie la nuit - en l'absence de soleil -; on peut aussi stocker sous pression la vapeur produite, par exemple dans un grand réservoir souterrain, et l'utiliser la nuit pour produire de l'électricité). Fin de la note.

Note de DavidManise: Autre idée pour l'énergie éolienne en utilisant moins de batteries : quand l'éolienne se met en route, tous les foyers reçoivent un signal sur leur « compteur » (même principe que pour les heures pleines et les heures creuses d'EDF). Les appareils à grande consommation (chauffe-eau, chauffages électriques, etc.) peuvent donc se mettre en route préférentiellement quand l'éolienne tourne à plein régime, ce qui limite les besoins de stockage. Autre idée, si on a un réseau d'éoliennes assez vaste, on peut, à la limite, ne pas stocker l'énergie du tout, mais simplement la gaspiller... les pales tournent et on prend le jus quand on en a besoin... Mais ça nécessite d'avoir toujours suffisamment d'éoliennes qui tournent à un instant T pour fournir la demande... donc un investissement de base plus conséquent... À voir. Y'a pas mal d'endroits sur terre où le vent s'arrête rarement...

Production locale ou centralisée?

Il y aura nécessairement débat sur ce point, car les deux approches sont valables, mais pas forcément pour les mêmes choses! La production centralisée est préférable dans le cas de conversion d'énergie "concentrées" d'une forme à une autre, tel que thermique/thermique, ou thermique/électrique. Par exemple, l'utilisation du biogaz est plus rentable dans une usine centralisée, qui produit de l'electricité ou de l'eau chaude urbaine, car la grosse unité centrale aura un meilleur rendement que x petites chaudières, et contrôlera mieux les émissions potentiellement toxiques (oxydes d'azote, composés soufrés, cendres éventuelles).

Par contre, l'utilisation d'énergies "diffuses" (solaire, éolien, géothermie) est plus favorable en cas de nombreuses petites exploitations délocalisées, et ce d'autant plus que l'énergie captée est peu transformée (captage solaire direct, géothermie).

Note de Norman: dans le cas du solaire thermique, l'optimum correspond à une solution intermédiaire, c-à-d: stockage termique et production d'électricité dans des centrales de moyenne taille capables d'alimenter un village ou une petite ville. Fin de la note.

A mon sens, la meilleure voie est de chercher un maximum d'autonomie à chaque installation, par le captage local de l'énergie diffuse, complémentée, pour les énergies "nobles", par un apport depuis une installation centralisée. Dans tout les cas, l'ensemble doit être étudié pour utiliser au mieux chaque joule d'énergie, en vertu du premier principe énoncé plus haut.

L'installation idéale?

Selon mes réflexions, toujours en cours et donc modifiables dans l'avenir, l'installation "idéale" est la plus proche possible de l'autonomie. Pour cela, elle combine un maximum de récupérations locales de l'énergie solaire (la plus abondante et la plus facile à capter), à travers le solaire passif, complété par des capteurs solaires directs. L'essentiel de l'énergie électrique nécessaire pour gérer le système de répartition de la chaleur captée (pompes, sondes, vannes) est fournies par une photopile et/ou une éolienne, avec une petite batterie de stockage.
Dans un avenir que j'espère proche, il serait bon de penser à une surface de photosynthèse artificielle, capable de constituer un stock de carburant pour alimenter, durant l'hiver, une pompe à chaleur géothermique, via une pile à combustible.

Note de Norman: j'y ajouterais l'usage du solaire thermique pour alimenter en électricité villages et petites villes, par exemple dans les pays chauds (où le manque d'énergie est criant et entraîne une destruction dangereusement rapide du couvert forestier et des habitats naturels). Fin de la note.

Avec cet ensemble, il doit être possible de maintenir dans la maison des conditions de vie agréables, même au Canada, pendant toute l'année, en totale autonomie, et uniquement avec de l'énergie "propre".

L'utilisation de l'électricité, énergie "noble" est réservée à l'éclairage de la maison et à l'électroménager, qui se doit d'être utilisé avec raison, et bien sûr économie.

Les efforts individuels

Je tiens à ajouter ici que, sans la participation de chacun, tous ces efforts dans la course au "negawatts" seront vains. Alors, encore une fois, reprenons en coeur:

- J'éteins la lumière quand je quitte une pièce, ou j'y mets un capteur qui le fait automatiquement
- Je ne fais pas tourner mes lave-linge et lave-vaisselle au trois-quart vides
- Je profite autant que possible du séchage naturel de mon linge, et n'utilise pas le sèche-linge quand il fait beau dehors (quand il gèle je pends le linge à l'intérieur au lieu d'utiliser le sèche-linge, parce qu'il fait sec dans la maison et que l'humidité abandonnée par le linge est bienvenue)
- Je ne laisse pas mes appareils hi-fi, télé, magnétoscope en veille: je les éteins ou les débranche lorsque le fabriquant a stupidement négligé d'y mettre un véritable interrupteur. Petit calcul: considérons que chaque famille occidentale possède un ensemble hi-fi qui reste en veille 12h sur 24 (et est "utilisé" le reste du temps), et consomme alors 10 watts. Si la famille moyenne est composée de 5 personnes, alors chaque personne consomme en moyenne 10 * 12 / 5 = 24 Wh par jour, soit 1W instantané en permanence, chaque jour qui passe, durant toute sa vie (puisque aujourd'hui, les foyers occidentaux peuvent être considérés comme tous équipés, de la naissance à la mort de chacun de leurs membres). Sur l'ensemble de l'occident, le seul fait de couper réellement le courant des appareillages hi-fi lorsqu'ils ne sont pas utilisés permettrait d'économiser une puissance instantanée de 800 MW (800 millions de personnes, 1W par personne). C'est à dire l'équivalent de la production d'un réacteur nucléaire. Sur le temps d'une vie, cela veut dire deux réacteurs de 800 MW et environ 40 ans de durée de vie qu'il aurait été possible de ne pas construire, plus les milliers de tonnes de déchets radioactifs liés à 80 ans d'exploitation des deux réacteurs, plus deux coeurs "chauds" pour au moins 300 ans, et qui devront rester en place, sous surveillance, jusqu'à la dixième génération. Tout cela pour n'avoir pas fait l'effort individuel de ne pas débrancher une prise, ou de n'avoir pas monté un interrupteur sur la ligne principale d'alimentation des appareils hi-fi. Quand on vous dit que l'effort individuel est important pour la collectivité!!. Et ne parlons pas de l'ordinateur qui reste allumé en permanence, même la nuit, au bureau, pour ne pas avoir à "attendre" le matin que la machine re-boote. Si on considère que lorsque la famille est à la maison et regarde la télé, elle possède un ordinateur en marche et inutilisé quelque part, alors nous doublons sans effort la consommation "grise" de 1W/personne, ce qui veut dire, sur le temps d'une vie, la possibilité de ne pas construire 4 réacteurs nucléaires.
- Je ferme bien la porte du frigo et du congélateur, et si nécessaire, je les dégivre régulièrement
- Je cherche toujours une solution alternative avant d'allumer la climatisation (j'ai mis mon bureau au demi-sous-sol pour à n'avoir jamais besoin de le climatiser l'été: il y fait toujours frais à longueur d'année)
- Je n'ouvre pas la fenêtre quand j'ai trop chaud: je baisse ou j'éteins d'abord le chauffage!!!
- Je ne chauffe pas ma chambre à coucher au dessus de 16°C, ni le reste de la maison au dessus de 19°C
- je baisse le chauffage de la maison la nuit ou j'installe un thermostat avec cycle automatique jour-nuit qui baisse la température vers 14 à 15°C la nuit pour la remonter vers 18-19°C peu avant que je me lève
- je ne chauffe pas le garage: ma voiture ne risque pas de s'enrhumer, je lui ai installé un petit chauffe-bloc-moteur électrique que je branche en hiver seulement 15 minutes avant de partir; en plus cela consomme beaucoup moins d'énergie que faire rouler le moteur 15 minutes avant de partir, tout en procurant rapidement le même confort
- Je ne prend pas ma voiture pour aller aux toilettes: je me demande d'abord si un petit tour à pied ou à vélo ne me ferait pas du bien, puis je décide que oui
- J'utilise les transports en commun là où il y en a, surtout s'ils roulent au biogaz ou au diester
- à moins d'habiter dans un pays où il fait très chaud, j'utilise une voiture sans climatisation
- Je consomme en priorité les produits de l'agriculture locale, moins gourmands en transport, et d'autant plus s'ils sont "bio".
- Etc: liste à complèter par qui veut....

<... et Laurent complète:

- Je réduis nettement ma consommation de viande ou je deviens végétarien : le bilan énergétique de la viande est catastrophique.
- Je n'achète pas de voiture car sa vitesse moyenne globale n'est que de 7 km/h (le temps qu'on passe à la financer, la conduire et l'entretenir, rapporté au total des distances parcourues)
- Si malgré tout je tiens absolument à avoir une voiture mon choix se portera sur un diesel et je roulerai à l'huile végétale en récupérant et en filtrant l'huile de friture usagée d'un restaurant voisin.
- Je ne pars pas aux quatre coins du monde en avion malgré le fait que ça ne coûte plus rien.
- Je cesse de fréquenter grande distribution et agroalimentaire, et passe plutôt par des relations directes entre producteurs et consommateurs comme les AMAP, ou mieux : je cultive mon jardin.
- Je ne cède pas à la mode et à la publicité, et n'achète pas tous les produits manufacturés qu'on essaie de me refourguer en faisant croire à la société qu'ils sont indispensables (téléphone portable, TV, etc).
- Je répare plutôt que je rachète, même si ça coûte parfois plus cher.
- J'achète un objet de qualité qui tiendra longtemps plutôt qu'une camelote que je suis obligé de changer tous les ans.
- Je préfère la réutilisation au recyclage et veille à réduire significativement le poids de mes déchets ménagers.
- Je continue d'appliquer les consignes que je me suis fixées sur mon lieu de travail ou de loisir.
Laurent>

Brieuc Le Fèvre

> voir également Energie2

Créé par: AJH Dernière modification: Mercredi 07 de Mai, 2008 09:05:22 CEST par AJH


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki