Menu

Utilisateurs connectés

1 utilisateur connecté

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Non Monsieur Fillon

1 - BIENVENUE > 1.2 - Critique du liberalisme
Non Monsieur Fillon, la France n’est pas en situation de faillite ! Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter
Cet article a été édité sur AGORAVOX le 25 septembre 2007
Devant un certain nombre de critiques, j'ai apporté beaucoup de précisions ... je vous conseille donc de lire l'ensemble du débat qui a suivi, sur http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=29435


Non Monsieur Fillon, la France n’est pas en situation de faillite !


En 2002 (France 2 - 23 mai), alors premier ministre, Monsieur Raffarin déclare : « Moi, j’ai des idées simples. C’est de la bonne gestion de père de famille, c’est cela qu’il faut faire. Je suis tout à fait favorable à ce que nous puissions, très rapidement, réduire les déficits », et aujourd’hui, c’est François Fillon qui nous annonce sans rire : « la France est en situation de faillite ».

L’idée que l’on veut faire entrer dans les têtes est que l’Etat vivrait au-dessus de ses moyens, que la dette résulterait d’une augmentation excessive des dépenses publiques injustifiées, que l’on ne peut pas dépenser plus qu’on ne gagne et qu’ainsi on pénalise l’avenir des générations futures qui devront payer ce que nous avons acheté à crédit ! Le discours est pédagogique, compréhensible par tous et en apparence inattaquable. Comment le citoyen « normal » ne pourrait-il pas être sensible à un discours qui semble relever du plus élémentaire bon sens ?

Or, la comparaison est démagogique, l’analogie entre un père de famille et l’Etat ne tient pas debout Un père, une famille ou une entreprise sont des « personnes » physiques ou morales qui composent la société, elles ne sont pas LA Société. C’est confondre le particulier et le collectif.

Un Etat a un privilège que le particulier n’a pas : celui de fixer lui-même le montant de ses recettes. Si l’Etat emprunte c’est par choix. Regardez le budget prévisionnel de la France pour 2006. Il anticipe des dépenses pour un montant de 329,5 milliards d’euros, des recettes pour 282,6 milliards et donc un déficit de plus de 42 milliards d’euros :

1. il y a choix d’avoir des dépenses supérieures aux recettes, dans le souci de répondre au mieux aux besoins de la Nation,

2. il y a choix de financer le déficit en ayant recours à l’emprunt, au lieu de la fiscalité. Ce choix ne date pas d’hier. En 1974 la dette de la France représentait 16 % de son PIB, elle représente fin 2005, 66 %. Intolérable et dangereux ? La dette des Etats-Unis? fin 2005 était égale à 65 % de son PIB, celle de la zone euro à 72 % et celle du Japon à 169 % ! L’Europe?, les Etats-Unis? et le Japon sont-ils considérés comme des espaces économiquement fragiles ?

Ensuite, un Etat n’a pas vocation à « faire du profit » comme une entreprise. Il a vocation de « régulation ». Si l’entreprise cherche en premier à satisfaire son intérêt propre, puisqu’elle est soumise à une obligation de résultat financier positif, l’Etat, lui, a pour mission de veiller à l’intérêt commun en édictant des règles du jeu qui garantissent et maintiennent le lien social. Maintenir ce lien est essentiel à la paix et à la prospérité du pays, c’est là son « profit » et accepter le déficit pour le maintenir peut en être le prix. La dette n’a donc pas le même sens pour un particulier et pour l’Etat.

De plus, les français eux-mêmes détiennent 40% de la dette (les assureurs pour 300 milliards d’euros, les établissements de crédit 80, de même que les détenteurs d’OPCVM), et également de la dette étrangère, comme les étrangers, eux, détiennent de la dette de la France.

Enfin un pays est immortel, ce qui n’est pas le cas de ses habitants et de ses entreprises. Ce « détail » change bien les choses, car le débiteur ne disparaîtra pas.

Arrêtons donc de nous laisser berner par cette pédagogie démagogique qui utilise une analogie parfaitement impropre.

La comparaison est également démagogique concernant l’héritage que nous laissons à nos enfants : en France 1067 milliards d’euros fin 2004 (rapport Pébereau), soit la bagatelle de 17500 euros de dette pesant sur les frêles épaules de chaque nouveau-né si la population reste égale. Honte à vous parents indignes ! Comment se regarder dans une glace après cela ? La présentation culpabilisante de la dette qui serait le cadeau empoisonné que nous laisserions en héritage à nos enfants ne cherche qu’à masquer le processus qui consiste à transférer les ressources de la masse des contribuables vers la minorité possédante. Ce qui est immodéré dans la dette, c’est moins son montant que la part des intérêts dans ce montant.

En réalité, le transfert, qu’il soit celui d’aujourd’hui ou celui de demain, ne se fait pas d’une génération aux suivantes, mais entre couches sociales : ce sont les contribuables d’aujourd’hui qui paient les rentes versées aujourd’hui à ceux qui en bénéficient et ce sont les contribuables de demain qui verseront aux héritiers des détenteurs de la dette qui seront, selon les choix politiques, plus ou moins imposés et restitueront donc plus ou moins à la collectivité par leur participation fiscale. Le risque est donc que des travailleurs pauvres de la génération suivante soit obligé de payer ces intérêts (par leurs impôts indirects, par exemple) aux détenteurs déjà riches peu imposés sur leurs revenus du capital.

Quand on parle de "la dette", il s’agit des dettes cumulées de l’ensemble des administrations publiques : Etat, collectivités publiques, sécurité sociale. Mais en règle générale, quand on contracte une dette, c’est pour avoir quelque chose en contrepartie. Vous pouvez devoir à votre banque 200.000 euros, mais vous avez peut-être acheté une maison avec. Or il est étonnant de constater que l’on ne nous parle jamais de l’actif que représente cette dette.

En France, par exemple, le déficit était en 2005 de 46,9 milliards d’euros. Mais cette même année, les dépenses d’investissement - écoles, hôpitaux, infrastructures de transport et de communication, acquisition de terrains... etc. - se montaient à 56 milliards d’euros ! Ces investissements sont bien des richesses réelles dont nous profiterons, ainsi que nos descendants.

Le rapport de l’Observatoire français des conjonctures économiques - l'OFCE - nous dit ceci : « En terme de dette nette, i.e la dette brute moins les actifs financiers détenus par les administrations, la France est à 44 % du PIB, nettement en dessous de la zone euro (58 %), un peu en dessous de l’ensemble de l’OCDE (48 %) et des Etats-Unis? (47 %). Il n’y a donc pas de singularité française. La hausse de longue période se retrouve dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE, bien qu’un peu plus accentuée dans le cas de la France, qui part de plus bas. Les administrations publiques possèdent aussi des actifs physiques (des infrastructures). Globalement, la richesse nette des administrations publiques représentait 20 % du PIB en 2003. Certes le nouveau-né français hérite d’une dette publique, mais il hérite aussi d’actifs publics : routes, écoles, maternités, équipements sportifs (...). Si l’on considère l’ensemble des agents, publics et privés, la richesse nationale se compose du stock de capital physique et des avoirs nets accumulés sur l’étranger. Les actifs physiques représentaient quatre fois le PIB de la France en 1993, 5,2 fois en 2003 ; les avoirs nets de la France sur l’étranger sont faiblement positifs, de l’ordre de 9 % du PIB en 2005. Le nouveau-né français est donc riche en moyenne, à sa naissance, de 166000 euros » (somme des patrimoines publics et privés - 11748 milliards d’euros à fin 2006 - , divisée par le nombre d’habitants)

Et encore, on ne parle pas dans cette richesse des valeurs immatérielles : combien « vaut » la cote d’Azur, le mont St Michel, la Tour Eiffel, etc. ?

A ceci on peut rajouter que le solde entre les actifs et les dettes des seules administrations publiques est de 676 milliards d’euros (décembre 2006), c’est-à-dire plus de 11000 euros par français, et c’est donc ce qui resterait si l’administration remboursait toute la dette publique. Non Monsieur Fillon, la France est loin d’être en « situation de faillite »

Il reste néanmoins un problème de fond


Il faut se poser la question de savoir ce que serait devenue la dette publique si nous n’avions pas abandonné notre droit de seigneuriage (le droit de création monétaire) au profit des banques ?

Entre 1980 et 2006, la dette a augmenté de 913 milliards d’euros, alors que nous avons payé 1176 milliards d’euros d’intérêts. Si nous n’avions pas eu à emprunter ces 913 milliards d’euros sur les marchés monétaires, c’est-à-dire si nous avions pu créer notre monnaie, faire exactement ce qu’ont le droit de faire les banques privées, la dette qui était de 229 milliards d’euros début 1980 serait totalement remboursée en 2006 grâce aux 263 milliards d’euros économisés et nous disposerions en plus d’un solde de trésorerie positif de 263 - 229 = 34 milliards d’euros. (Tous ces chiffres sont évidemment en euros constants, valeur 2006).

Et nous continuons à payer des intérêts à raison de près 120 millions d’euros par jour, oui, par jour) aux déjà plus riches, qui d’ailleurs peuvent ainsi nous les re-prêter à nouveau contre intérêt. Mais cette monnaie qu’ils nous prêtent, elle est, comme 93% de la monnaie en circulation, issue de la création monétaire par les banques privées. C’est donc évidemment une monnaie payante bien que créée "ex nihilo", à partir d’une simple ligne d’écriture. Et ces 43 milliards par an sont l’équivalent de 200 avions gros porteurs Airbus A380 ou de 500 chasseurs « rafale », ou de 3 porte-avions "Charles de Gaulle", ou de 40 000 belles villas sur la Côte d’Azur, ou de l’isolation (en comptant 10 000 euros par foyer) de 4 270 000 logements, ou un salaire net de 18000 euros annuel (salaire médian en France) à 2 380 000 personnes ...mais vous pouvez trouver d’autres exemples : à chaque fois qu’on vous annonce un chiffre qui est sensé être important, d’un « coût » quel qu’il soit, comparez-le avec ces 120 millions d’euros d’intérêts payés journellement...

Le recours à l’emprunt par l’État, qui pouvait se concevoir lorsque la monnaie était représentative d’une certaine quantité de métal (or ou argent) qui à un moment pouvait manquer dans les caisses de l’État, n’a maintenant plus aucune justification depuis que la monnaie est totalement dématérialisée et ne représente qu’une créance.

Depuis 1973 la France s’est interdite de créer la monnaie dont elle a besoin pour combler ses propres déficits, que ce soit en fonctionnement (salaires et retraites des fonctionnaires, loyers, etc.), ce qui peut être considéré comme logique, ou en investissements pour son développement (écoles, routes, ponts, aéroports, ports, hôpitaux, bibliothèques, etc..) ce qui est totalement illogique. Mais en plus l’Etat s’est obligée à emprunter sur les marchés monétaire en émettant des obligations (bons du Trésor) sur lequel évidemment il doit payer un intérêt à ceux qui souscrivent (40% du montant par des résidents, 60% par des non-résidents), ce qui a pour conséquence, comme nous l’avons vu plus haut, qu’au fil des années la dette s’alourdit d’un montant sensiblement égal au "déficit", qu’il faut couvrir par l’emprunt, c’est-à-dire par l’émission d’obligations nouvelles auprès du public, des investisseurs institutionnels et des spéculateurs qui bénéficient, en plus, des largesses des banques centrales.

Donnons à la BCE le pouvoir d’émettre toute la monnaie et de prêter aux différents acteurs de l’économie les sommes dont ils ont besoin pour leurs développements. Plus de 300 milliards d’euros, aux taux actuels, reviendront ainsi dans les caisses des Etats de la zone euro .

Enfin, lorsque les Etats ont besoin de financer leurs équipements, la BCE doit pouvoir les financer à taux zéro... la création de monnaie c’est une ligne d’écriture : ça ne coûte rien à personne et ça permet de faire fonctionner l’économie réelle.




D'ailleurs, dans la lettre 293 de l'OFCE du mercredi 7 décembre 2007, Mathieu Plane (Département analyse et prévision) écrit:

La France est-elle en faillite ?

L’interrogation a repris de la vigueur à la suite des déclarations du
Premier ministre qui déplorait « être à la tête d’un État en situation
de faillite sur le plan financier ». La question de la soutenabilité de
la dette publique est toujours d’actualité et il est donc important
d’y répondre.

La dette publique au sens de Maastricht se situait en 2006 à
64,2 % du PIB en France ; elle a augmenté de plus de 7 points ces
cinq dernières années. Si au regard de la dynamique de la dette, la
France fait moins bien que ses partenaires européens depuis 2001,
il n’en reste pas moins qu’en termes de niveau de dette elle ne se
distingue pas des autres grands pays et affiche même une position
plus favorable que ces derniers. Elle a un niveau de dette inferieur à
celui de la zone euro (69,1 %) et de l’Allemagne (67,9 %),
approximativement au niveau des États-Unis (65 %) et nettement
en dessous de l’Italie (107 %) et du Japon (159 %). Il n’y a donc pas
de singularité française sur ce point. De plus, la dette au sens de
Maastricht est une mesure brute qui ne prend pas en compte les
actifs détenus par les administrations publiques. Or ces dernières
possèdent des actifs financiers (actions cotées, dépôts…) mais
surtout des actifs physiques (infrastructures). La dette financière
nette était de 38,2 % du PIB en 2006, soit à un niveau proche de
celui de 1995 alors que la dette au sens de Maastricht a augmenté
de 8,7 points de PIB sur la même période (graphique E2). Cet écart
d’évolution s’explique par la forte valorisation des actions détenues
par l’État au cours de ces dix dernières années. Si on comptabilise
l’ensemble des actifs, c’est-à-dire aussi les actifs physiques, les
administrations publiques ne présentent plus une dette mais une
richesse nette (37,8 % du PIB en 2006). Celle-ci a d’ailleurs
augmenté de plus de 22 points de PIB entre 1995 et 2006, ce qui
veut dire que les administrations publiques se sont enrichies sur
cette période, notamment en raison de la forte valorisation des
terrains détenus par l’État qui se sont appréciés de plus de 200 %
en 10 ans. Le bébé français ne récupère pas à la naissance une
dette publique de 18 700 euros mais hérite au contraire d’un actif
net de 11 000 euros (tableau E2), même s’il est vrai qu’une partie
des actifs physiques ne sont pas cessibles et qu’il est difficile de leur
donner une valeur marchande. Comme le précisent Jérome Creel
et Henri Sterdyniak* « le nouveau-né français hérite d’une dette
publique, mais il hérite aussi d’actifs publics : routes, écoles,
maternité, équipements sportifs… Évoquer l’une sans évoquer les
autres n’a guère de sens économique. Le jeune français qui entre
dans la vie active à 20 ou 25 ans peut certes refuser de rembourser
la dette publique, mais il serait juste qu’en contrepartie il rembourse
à la génération précédente son éducation, ses dépenses de santé,
les équipements collectifs ». De plus, d’un point de vue global , ce
qui compte pour le nouveau né français n’est pas uniquement le
patrimoine des administrations publiques mais celui de la Nation qui
intègre également les autres secteurs institutionnels (ménages,
entreprises, position extérieure…). Au regard du compte de
patrimoine de la Nation, chaque français né en 2006 hérite en
moyenne de 185 400 euros.

Enfin, la dette publique française est notée AAA par les agences
de notation (Standard and Poor’s, Ficth Ratings), la meilleure note
qui soit en termes de qualité de dette. La France fait donc partie
des meilleurs élèves de la classe mondiale quant à la gestion de ses
finances publiques. Cela veut dire aussi que l’État français ne risque
pas de faire défaut au remboursement de sa dette, ce qui explique
par ailleurs la faiblesse des taux d’intérêt sur les obligations publiques
(inférieurs à 4 % en moyenne depuis début 2005) considérées
comme un placement sans risques. D’ailleurs, l’État français, a été
le premier émetteur souverain à lancer une obligation à 50 ans : il a
en effet émis en 2005 des obligations à 50 ans pour 13 milliards
d’euros à un taux d’intérêt de 4 %, et n’a eu aucune difficulté à
trouver des acheteurs, ce qui montre la solidité de sa capacité à
rembourser sa dette même à très long terme. En outre, les ménages
français possèdent une partie de la dette publique française qui est
comptabilisée à leur actif et leur rapporte des intérêts chaque
année. Si la gestion des finances publiques doit être rigoureuse,
d’autant plus que le choc du vieillissement va s’amplifier dans les
prochaines années, rien n’indique donc que l’État français soit en
situation de faillite.


Créé par: AJH Dernière modification: Mercredi 30 de Avril, 2008 10:56:18 CEST par AJH


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki