Menu

Utilisateurs connectés

1 utilisateur connecté

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

NouvelleOMC

Nouvelle OMC (organisation mondiale de la coopération) Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter
Article d'Alain Lecourieux (ATTAC), retranscrit avec son autorisation


Fermer l'OMC(Organisation Mondiale du Commerce) pour ouvrir… l'OMC (Organisation Mondiale de la Coopération)


Pour une réforme radicale de l’OMC

L'Organisation mondiale du commerce (OMC) a été créée le 15 avril 1994.
Elle a quatre fonctions majeures :
- administrer les quelque soixante traités, annexes, protocoles et décisions relatifs au commerce international ;
- être un forum de négociations commerciales ;
- arbitrer les différends commerciaux (Organe de règlements des différends) ;
- surveiller les politiques commerciales des Etats membres.

L'OMC, instrument du capitalisme mondialisé

En 2003 l'OMC couvre l'ensemble des échanges internationaux multilatéraux de ses cent quarante-six Etats membres : marchandises (et agriculture), services et propriété intellectuelle.
L'OMC est fondée sur l'équation fallacieuse : " Libre échange et concurrence = croissance, développement et réduction de la pauvreté ". Le commerce international devient un but en soi. L'échange d'accès au marché et le mercantilisme sont les pratiques quotidiennes de l'OMC.
L'OMC applique à tous les échanges commerciaux neuf principes fondamentaux qui, au total, forment une idéologie directement inspirée par le commerce des marchandises et par les demandes des multinationales :
-exhaustivité quasi totale du champ d'application à tous produits, services et objets de propriété intellectuelle ;
-ignorance des modes de fabrication, des droits sociaux, des conséquences environnementales et des coûts externalisés ;
-interdiction des préférences internationales (clause de la nation la plus favorisée)
-interdiction des préférences nationales (clause du traitement national) ;
-extension des régulations bénéficiant au marché capitaliste et imposition progressive d'une voie unique de régulation ;
-réduction des régulations bénéficiant aux peuples ;
-irréversibilité de fait des engagements ;
-libéralisation progressive par des cycles de négociation successifs.

La lex mercatoria de l'OMC enrichit les riches et appauvrit les pauvres

Qu'il soit capitaliste ou pas un marché ne peut exister que s'il réunit quatre types de régulation :
- régulations de base (satisfaction des besoins fondamentaux, droits de propriété individuels et collectifs, force des lois et des contrats) ;
- régulations économiques (informations des acteurs, économie d'échelle, externalités) ;
- régulations de stabilisation (politique monétaire et fiscale) ;
- régulations de légitimation (redistribution, gestion des conflits d'intérêt, protection sociale et environnementale, partenariats, élimination de la corruption).

La réduction de la pauvreté passe d'abord par la qualité des institutions et des compétences qui, dans les Etats, construisent ce cadre de régulations. De nombreuses études montrent que la réduction de la pauvreté passe par la qualité institutionnelle et non pas par l'intégration à l'économie internationale. Ces mêmes études montrent qu'il n'y a pas une voie unique institutionnelle mais une grande diversité de solutions et d'innovations qui mêlent orthodoxie et hétérodoxie.

Dans la période qui va de 1960 à 2000 les seuls pays qui ont réduit l'écart avec les pays riches n'ont pas appliqué le dogme libre échangiste et ont pris des décisions interdites par l'OMC.

Les pays riches ont eu une croissance de 2,7% du Produit intérieur brut (PIB) par habitant entre 1960 et 2000.

La Corée du sud et Taiwan (4,4%) ont pratiqué des quotas à l'importation, des exigences de contenu local de l'investissement, des subventions à l'exportation et des entorses aux brevets avant d'ouvrir leur économie.

L'Inde (3,7% entre 1980 et 2000) a soutenu massivement ses entreprises nationales, a fermé ses marchés financiers et a pratiqué une politique protectionniste.

La Chine (8% entre 1980 et 2000) n'a pas adopté les droits de propriété privée, n'a pas privatisé ses entreprises publiques, n'a pas ouvert ses marchés financiers aux étrangers, mais a pratiqué une ouverture sélective (là où elle était forte ou là où elle avait besoin d'investissements et de technologies) dans le cadre d'un système dual : économie administrée et marché.

A contrario beaucoup des pays qui ont ouvert leurs frontières au commerce international et à la circulation des capitaux ont été " récompensés " par des crises financières et des performances très inférieures à celles des pays riches. C'est notamment le cas de l'Indonésie, de l'Afrique subsaharienne et de l'Amérique latine avec le cas limite de l'Argentine.

Les pays riches eux-mêmes se sont exonérés du dogme libre échangiste et des principes de l'OMC quand ceux-ci n'étaient pas conformes à l'intérêt des multinationales : organisation de la baisse et de l'instabilité des prix des matières premières, subventions massives à l'agriculture (360 milliards $ par an), maintien de droits de douane élevés sur des produits sélectionnés (" pics tarifaires " sur les textiles, les vêtements, la pêche, etc.), utilisation protectionniste du traité sur l'antidumping, limitation drastique à la mobilité du travail.

Complétant les préconisations du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, les pays riches ont aussi forcé l'ouverture des services publics des pays du sud et imposé une réglementation favorable aux multinationales dans les secteurs clés d'infrastructure comme les télécommunications ou les services financiers.

Les Etats développés ont enfin autorisé et favorisé la constitution d'oligopoles dans le cadre d'un mouvement sans précédent de fusions et d'acquisitions qui nie la concurrence.
Ce double jeu des pays riches a été dénoncé par les pays du sud sous la forme d'une liste de 104 revendications montrant l'extrême asymétrie des pratiques sous le couvert de la symétrie des principes.

La lex mercatoria, la loi des marchands de l'OMC, est faite de principes et de pratiques qui nient le cas échéant les principes. Elle fonctionne au seul bénéfice des multinationales. L'OMC est un instrument de domination. Il faut la fermer, changer les règles et les pratiques.

Contribution au débat pour une Organisation mondiale de la coopération (OMC*)

Le dilemme fondamental du commerce mondial vient de l'inadéquation géographique entre les marchés et acteurs mondiaux (même si la mondialisation est inachevée) et les institutions régionales, nationales ou locales chargés de les faire fonctionner : régulations de base, régulations économiques, stabilisation et légitimation. Pour réduire la pauvreté on ne peut donc simplement supprimer l'OMC actuelle et s'en tenir au seul rapport de force d'un dialogue entre Etats ou entre chaque Etat et les multinationales.
Il faut donc une organisation nouvelle fondée sur des principes et des pratiques nouvelles. C'est l'Organisation mondiale de la coopération (OMC*). Son objectif unique est de réduire la pauvreté. Elle vise une intégration mondiale limitée ; elle préserve la pluralité institutionnelle - les choix politiques - des Etats ou des Unions d'Etats ; elle promeut une stricte égalité entre le nord et le sud ; elle fait prévaloir progressivement les droits sociaux et environnementaux sur les droits commerciaux.


L’Organisation mondiale de la coopération (OMC*) est fondée sur les principes suivants

1. Principe de liberté institutionnelle

Les traités commerciaux garantissent la pluralité institutionnelle des Etats. Les dispositions des traités se limitent aux conditions de la transaction commerciale.
Les traités commerciaux offrent des clauses de sauvegarde et de sortie des engagements qui assurent la réversibilité conditionnelle des choix. Ces clauses de sauvegarde et de sortie prennent en compte les réformes redistributives qui visent la réduction de la pauvreté telles que les réformes agraires, les changements de priorité dans la dépense publique, le développement d'infrastructures, les mesures liées à l'égalité entre les genres.
Aucune organisation internationale ne conditionne ses décisions en exigeant une libéralisation. Toute décision de libéralisation est une décision souveraine de l'Etat concerné.

2. Principe de solidarité

La satisfaction des besoins fondamentaux - biens et services - est reconnue par les traités. Des agences internationales sont progressivement créées pour chaque bien et service fondamental pour financer les projets d'infrastructure des pays pauvres à partir de taxes globales sur les armes, le transport, la spéculation et les profits des multinationales. Ce financement est conditionné par la qualité des délibérations et des projets qui en résultent et par l'absence de corruption.

L'accès libre des marchés des pays riches par les pays pauvres est reconnu par les traités. Un accès sans quotas et sans droits de douane est progressivement accordé aux pays pauvres sur les marchés des autres pays.

Le nouveau traité de la propriété intellectuelle protège les droits de propriété mais - au titre du principe de liberté institutionnelle - rétablit la territorialité des droits et limite au strict minimum les mesures visant à imposer aux Etats un socle législatif (preuves, injonctions, dommages, remèdes, indemnisations, mesures conservatoires, mesures aux frontières, procédures criminelles). Il affirme clairement les priorités de santé publique sur celles des détenteurs de brevets. Il interdit la protection par brevets des découvertes, des ressources génétiques pour l'alimentation et l'agriculture. Il protège la liberté des agriculteurs quant à la gestion des semences. Il interdit les pratiques abusives des détenteurs de brevets comme les achats liés, l'imposition des modes de production, l'appropriation par le détenteur des brevets des perfectionnements des procédés apportés par le récepteur, la limitation des exportations du récepteur.

L'obligation de traitement national est supprimée de tous les traités commerciaux pour les pays pauvres. Ils acquièrent ainsi la possibilité de traiter plus favorablement leurs biens et services que ceux des Etats étrangers à l'intérieur de leurs frontières.

Toute subvention à l'exportation est interdite par les traités. Une élimination progressive des subventions actuelles est programmée dans les traités.
Le droit des pays pauvres à protéger leur agriculture pour assurer la sécurité alimentaire est garanti par les traités.

Le commerce des matières premières est assuré par une agence spécialisée et par un traité spécifique. L'objectif de cette agence et de ce traité est de rémunérer la production à un prix raisonnable, de réduire la variation des prix en ramenant l'offre en ligne avec la demande par des mécanismes financiers. Le financement de cette agence est assuré par les taxes globales.

3. Principe de préférence

Le principe actuel de la nation la plus favorisée est largement moribond. En effet il ne s'applique pas :
-entre les Etats partie prenante d'une union douanière (Union européenne par exemple) ou d'une zone de libre échange (ALENA par exemple) ;
-pour le commerce avec les pays limitrophes ;
-pour les Etats qui sont sur les nombreuses listes d'exemptions à ce principe.
Le principe de la nation la plus favorisée est donc supprimé pour les biens et services dans tous les traités. Il est remplacé par un principe de préférence par lequel les Etats manifestent leurs choix politiques.

La transparence des engagements commerciaux est néanmoins assurée par la publication des tarifs douaniers pour les biens et par des engagements spécifiques pour les services. Tarifs et engagements traduisent les préférences politiques.

4. Principe de démocratie

Un traité particulier instaure un traitement différencié pour les Etats membres de l'Organisation mondiale de la coopération qui violent les droits civils et politiques. Ce traitement peut aller jusqu'à l'exclusion de l'Etat hors de l'OMC*.
Les décisions majeures de l'OMC* sont prises par un vote à la majorité qualifiée ou à l'unanimité. Le résultat des votes est publié.
L'ensemble des coûts administratifs directs et induits des décisions de l'OMC* dans les pays pauvres est pris en compte par l'OMC*.
Toute mesure majeure de libération du commerce est garantie par les traités par une évaluation préalable de ses conséquences sur la distribution des revenus et la réduction de la pauvreté.
Les gouvernements des Etats démocratiques soumettent à l'approbation de leur Parlement un rapport annuel de leurs activités à l'OMC*. Toute décision majeure projetée est également soumise à cette approbation. Ces obligations figurent explicitement dans les traités commerciaux.

5. Principe de développement humain

L'OMC* est une des organisations de l'ONU.

L'Organe de règlement des différends (ORD*) de l'OMC* est une organisation distincte de l'OMC* pour obéir au principe de séparation des pouvoirs législatif et judiciaire.
Pour régler les différends commerciaux, l'ORD* s'appuie sur le corpus juridique le plus large possible approuvé par les Etats en conflit. Ce corpus comprend notamment les normes sociales de l'Organisation internationale du travail (OIT) et les traités environnementaux approuvés par les Etats en conflit.

La création de l'OMC* s'accompagne d'un renforcement des fonctions et pouvoirs de l'OIT : création d'une cour de justice, rapport régulier sur les pratiques des multinationales dans les pays pauvres, établissement d'un protocole international régulant les normes sociales dans les filiales des multinationales.


Alain Lecourieux



Créé par: admin Dernière modification: Lundi 14 de Mars, 2011 21:30:48 CET par gilles


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki