Menu

Utilisateurs connectés

1 utilisateur connecté

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Marjolaine AJH

5 - DIVERS
5 - DIVERS > 5.3 - Conférences
Débat le 7 novembre 2005 avec Alain Lipietz Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter
Lundi 7 novembre 2005, dans le cadre du Salon Marjolaine à Paris, j'ai eu la chance de pouvoir participer avec Alain LIPIETZ, député européen "Les Verts", à un débat animé par Guillaume DUVAL, rédacteur en chef de Alternatives Economiques , dont le thème était le suivant:

Economie et écologie : peut-on les concilier ?
Depuis au moins trente ans, chacun sait que le mode de développement suivi depuis le 18ème siècle n’est pas “soutenable“. Pourtant nous ne sommes pas parvenus à infléchir sensiblement la trajectoire de nos économies même si des accords internationaux comme le protocole de Kyoto marquent une toute petite étape. Peut-on, et à quelles conditions, concilier activité économique - voire croissance – avec préservation de l’environnement ? Quels sont les outils dont nous disposons pour tenter de le faire et quelles sont leurs vertus, leurs défauts et leurs limites ?

Je retranscrit ci dessous une grande partie de mon intervention, à laquelle j'ajoute en encadré un certain nombre de réflexions, qui n'ont pu être développées faute de temps ou d'opportunité.

Il aurait d'abord fallu définir ce qu'on entends par "économie", "développement", et surtout le terme "croissance", ce qu'aucun de nous n'a fait préalablement. De ce fait, il est resté sous entendu que "croissance" était pris dans le sens de "croissance du PIB"
La question référente est donc: la croissance qui détruit le milieu naturel et l'homme peut-elle être du "développement ?



Je dois d'abord vous dire que je suis très pessimiste.
Comme Nicolas Hulot qui écrit dans "Le syndrome du Titanic" ( Chez Calman- Levy– ISBN 2-7021-3418-1)
" Des milliardaires qui occupent les suites de luxe jusqu’aux immigrants entassés en fond de cale, tous sont embarqués dans le même voyage – et pour le même naufrage. Et pourtant, alors que l’iceberg approche et que le bateau devrait dévier de son cap, l’orchestre continue de jouer, les passagers de se distraire, et l’équipage de passer de groupe en groupe afin de rassurer tout le monde " j' estime que quatre impasses principales, l'impasse énergétique, l'impasse climatique, l'impasse alimentaire, l'impasse monétaire (ou financière) qui ont pour origine en grande partie la croissance insensée de la population, déjà démontré par Meadows dans le rapport du Club de Rome en 1972, IMPOSENT de modifier d'urgence non seulement notre modèle de développement, mais également notre modèle mondial de civilisation.

Néanmoins, la question posée ici qui est "Peut-on et à quelles conditions concilier activité économique - voire croissance – avec préservation de l’environnement ? Quels sont les outils dont nous disposons pour tenter de le faire et quelles sont leurs vertus, leurs défauts et leurs limites ?" sous entends "dans notre système politique et économique de libre échange mondial actuel", et donc, bien que je ne pense pas que fondamentalement nous puissions concilier activité économique et croissance avec une préservation sérieuse de l’environnement, je vais essayer de "jouer le jeu" et tenter de vous donner mon avis sur quelques "outils" qui pourraient nous permettre de gagner un peu de temps avant de heurter cet énorme iceberg qui risque de nous faire tous couler. Car je pense que les outils existants ne sont que des outils qui ne peuvent que nous ralentir, pas nous faire changer de cap!

Ne faisons pas l'autruche, nous sommes dans un contexte de décroissance économique durable. La croissance économique ne tient pas qu'à notre volonté et donc la bonne question n'est pas "que faut-il faire pour avoir de la croissance ?", mais plutôt "comment faire pour gérer la décroissance sélective inéluctable avec le moins de casse possible ?"

Imaginons que, pour une fois les politiques ne soient pas obligé de tenir un discours démagogique et clientéliste, parce que, par exemple, une loi nouvelle interdit à chaque élu plus d'un mandat dans sa vie, imaginons que les experts qui les conseillent ne soient pas eux mêmes payés par les lobbys, imaginons que l'Europe ne mette pas de freins à des décisions de choix de taxation, imaginons que nous puissions considérer que les critères de stabilité limitant le déficit à 3% du PIB ne s'appliquent pas lorsque le feu est dans la maison, imaginons enfin que la BCE puisse émettre, sans intérêt, la monnaie nécessaire pour les grands travaux qui permettront de diminuer les consommations de pétrole et par la même occasion les émissions de gaz à effet de serre.

JE VOIS, DANS CE CAS, QUATRE PISTES DE PROPOSITIONS:


La première concerne les grands travaux:
- création de lignes de ferroutage,
- développement des transports ferroviaires régionaux et inter régionaux,
- relocalisation des activités productives près des clients,
- plans de déplacement urbains,
- isolation dans les batiments publics et privés.
- énergies renouvellables (chauffage solaire, par exemple)
.
Cette politique de grands travaux, d'équipement de notre pays en interconnexion avec les pays d'europe voisins permettra probablement d'amortir l'augmentation du chomage qui interviendra très surement dans deux à trois ans, en faisant suite à la hausse du prix du baril qui

La seconde est la taxation de l'énergie.
C'est "l'arme régulatrice" la plus efficace immédiatement, mais je réponds immédiatement à l'objection habituelle: "c'est encore les ménages modestes qui vont souffrir le plus!"
Comme l'écrit J-M Jancovici " l'alternative n'est pas : on taxe, et l'essence devient plus chère, ou on ne taxe pas, et l'essence reste peu chère pour les "modestes" pour l'éternité. Si on ne décourage pas volontairement la consommation, pouvons nous plaider que les "modestes" seront épargnés par les diverses conséquences ? Au prochain choc pétrolier, n'est-ce pas les "modestes" qui trinqueront les premiers, à travers l'augmentation du chômage qui a toujours suivi ce genre d'épisode depuis 20 ans ? Si les "modestes" sont restés fortement consommateurs de carburants, où est l'échappatoire quand c'est les limitations de la physique qui feront monter les prix ? Si le changement climatique prend de l'ampleur, ne seront-ils pas plus vulnérables que les riches qui auront les moyens de s'adapter, ou de fiche le camp ? La triste vérité, c'est qu'au regard des capacités limitées de fourniture de ressources de notre planète, notamment non renouvelables, et de ses capacités tout aussi limitées d'épuration de nos déchets ou d'adaptation aux conséquences de notre activité (comme le changement climatique), ce n'est pas seulement le niveau de consommation d'un gros bourgeois roulant BMW et habitant 300 m2 qui n'est pas durable, mais aussi, hélas, celui de M. ou Mme tout le monde dans n'importe quel pays occidental. En l'an 2000, même un ouvrier d'usine, une caissière de supermarché, ou un employé de mairie vit très au-desssus de ce que la planète peut durablement supporter. "
Néanmoins, pour éviter qu'effectivement les ménages modestes souffrent maintenant relativement plus, je propose un "quota d'énergie" affecté à chaque français à un prix déterminé par les pouvoirs publics et les producteurs, et une bourse de revente des surplus non consommées à un prix d'offre/demande. Ainsi les plus économes (en énergie) verront leurs revenus augmenter.
Mais globalement, et là aussi je rejoins les propositions de J-M Jancovici, il est nécessaire d'augmenter progressivement la taxation sur l'énergie, et plus particulièrement sur les carburants: disons de 2% ou 3% par an.
Et le montant de la TIPP (taxe intérieure sur les produits pétroliers), de l'ordre de 20 milliards d'euros actuellement, doit se retrouver intégralement dans les équipements d'économies d'énergies (et particulièrement l'isolation)

La troisième est celle de la durabilité des productions
Il faut pénaliser les productions fragiles ou polluantes.
Qui n'a jamais eu la surprise de devoir changer totalement un équipement parce qu'une seule pièce (souvent l'électronique) tombe en panne et la remplacer coute quasiment aussi cher qu'un achat neuf global. Il me semble que la meilleure solution serait celle proposée par Paul Hawken (les équipements restent en propriété aux fabriquants), mais il en est une autre peut être plus simple à mettre en place: c'est l'obligation d'une garantie systématique pièce et main d'œuvre de 5 ans.

La quatrième proposition risque de vous surprendre.
Je pense qu'une grande partie de nos problèmes occidentaux est causée par la publicité, qui pousse à la consommation… (les besoins dont on n'a pas besoin!).
Souvenons-nous que le budget de publicité mondial est sensiblement équivalent au budget de la France ( 400 Milliards de dollars)…
Ici aussi, une taxation supplémentaire sur la publicité permettrait beaucoup, mais surtout une "dissuassion par le coût".
La définition actuelle de la richesse est, pour les publicitaires, " ce que vous avez et que les autres n'ont pas " (sous entendu, vous pouvez être le privilégié qui dispose de cette richesse) est mortifère pour la société, car, comme le disait Gandhi,"Le monde contient bien assez pour les besoins de chacun, mais pas assez pour la cupidité de tous"


Patrick Viveret m'a fait l'honneur de préfacer mon dernier livre écrit en collaboration avec le "GRESSO", "Une alternative de société; l'écosociétalisme" qu'il défini comme de l'utopie concrète.
Je le revendique. Sans utopie, je dirais plus, sans changement de cap complet, nous ne survivrons pas . Tous les indicateurs le prouvent.

Il faut donc de toutes autres solutions en regardant les problèmes sous un angle neuf. L’exemple nous vient du Bhoutan, un petit royaume himalayen qui expérimente une autre idée que notre bonheur "capitaliste".
N'est-il pas temps d'avoir une réflexion globale sur un autre choix de société qui inclus une recherche de finalité de notre existence? Quel est le rôle de l'économie dans une société heureuse ? La consommation, la croissance du PIB doivent-elles être la finalité ? Ne faut-il pas, avant même de chercher des outils, savoir nous-mêmes quel type de société nous voulons? Chercher le "sens" de notre courte présence donnera du "sens" à l'économie que nous voulons.
Je propose que l'année 2006 soit une année de réflexion globale pour toute la population, avec l'aide de tous les media, dans des forum, des réunions, des "agora" où chacun pourra exprimer quel monde il souhaite.
^
En tous cas: Pour info, sondage Louis Harris réalisé les 28 et 29 octobre par téléphone auprès d'un échantillon national représentatif de 1.004 personnes âgées de 18 ans et plus (méthode des quotas)..... ( AFP)

Une forte majorité de Français a une image négative du capitalisme
Les Français ont en majorité une image négative du capitalisme (61%) et du libéralisme économique (51%), alors qu'ils jugent positivement le socialisme (51%),
Interrogé sur leur perception du capitalisme, 61% des personnes interrogées estiment que cela évoque quelque chose de négatif contre 33% qui en ont une vision positive.
51% déclarent avoir une image négative du libéralisme économique, contre 38% qui le juge positivement.
Le socialisme est en revanche perçu de manière positive par 51% de sondés, contre 42% qui disent apprécier cette notion négativement.
Si 66% des Français considèrent que "la liberté d'entreprendre et de créer" correspond plutôt bien à l'idée qu'ils se font du capitalisme, la critique de ce système porte avant tout sur la place réservée aux salariés dans l'entreprise, 62% jugeant que ce sont les actionnaires qui ont le plus de pouvoir dans les entreprises privées contre 8% les salariés. Corrélativement, 67% souhaitent que les salariés aient plus de pouvoir et 57% qu'ils soient mieux associés aux décisions comme aux bénéfices. 43% se prononcent pour une forte augmentation des salaires.
Pour autant, 80% des salariés du privé disent avoir de l'intérêt pour leur activité et 69% de la motivation, contre 36% qui retiennent surtout l'exploitation, 32% l'injustice et 28% la précarité.

Pour conclure je dirais qu'on ne peut pas concilier activité économique et encore moins croissance, si on entends par là recherche illimitée de consommation, avec préservation de l’environnement qui veut, pour moi, dire "survie de notre humanité". Les deux ne sont pas compatibles.

Et je vais terminer sur un petit extrait de la préface de Patrick Viveret qui résume bien ce que je viens de dire: ''" Nous parlons là d'une cure de désintoxication radicale : il ne s'agit pas de " verdir " le mode de développement actuel, mais d'en changer totalement la nature.
Il faut aussi changer nos modes de comptabilité nationale, car nos calculs des richesses sont en grande partie contre-productifs. C’est une erreur de penser qu'il y a d'une part des entreprises productrices de richesses, et d'autre part des activités qui ponctionnent ou prélèvent les richesses. Une entreprise serait impuissante dans un monde où l'eau serait devenue inconsommable, la terre empoisonnée et l'air irrespirable. Le non sens est le même si la population est illettrée et en mauvaise santé, du fait du démantèlement des services publics, ou si l'incivilité se développe. Ce qui veut dire que les biens communs essentiels (environnement, santé publique, morale civique...) sont aussi fondamentaux que la création et la transformation de richesses réalisée au sein de l’entreprise.''

Je souhaitais rajouter une idée supplémentaire, mais je n'ai pas eu le temps d'en parler: il s'agit d'agir immédiatement d'effectuer les transferts des financements des productions qui ne sont pas de "première nécessité actuelle" vers des productions d'économie d'énergie (par exemple, isolation des immeubles construits antérieurement aux nouvelles normes d'isolation)
Exemple: A Aix en Provence on construit actuellement une salle de spectacle dont le coût global va dépasser les 50 millions d'euros.
Si on considère qu'une rénovation d'économie d'énergie revient à 5000 euros par logement, c'est 10000 logements qu'on pourrait traiter avec cette somme.



Au cours du débat qui a suivi, une personne présente à soulevé le problème de l'économie "souterraine" de la drogue: 500 milliards de dollars par an. J'ai immédiatement proposé l'idée de la monnaie uniquement électronique qui permet donc le "tracage" des flux. Et là, à mon étonnement, ce fut un petit tollé dans la salle: "big brother!...." semblait être devenu la crainte des présents
Malheureusement je n'ai justifier ce concept qui, dans mon esprit, n'est pas spécialement centralisé (il peut s'agir de "peer to peer"), et, s'il devait l'être, la loi pourrait réserver l'accès aux comptes des individus seulement sous décision judiciaire: de toute façon, nous en sommes presque là avec les payements par cartes bancaires, le seul but étant d'éviter la monnaie "anonyme"

Créé par: AJH Dernière modification: Dimanche 25 de Mai, 2008 09:29:13 CEST par AJH


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki