Menu

Utilisateurs connectés

1 utilisateur connecté

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Vous ne pourrez pas dire

1 - BIENVENUE > 1.2 - Critique du liberalisme
Et vous ne pourrez pas dire à vos enfants ou à vos petits-enfants que vous ne saviez pas Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter
Vous pouvez écouter ce texte enregistré par Alex en mp3 sur ce lien (clic droit "enregistrer sous" et écouter en interne)

Vous ne pourrez pas dire à vos enfants ou à vos petits-enfants que vous ne saviez pas …


Lettre ouverte aux élus et à la population



Madame, Monsieur,

" Des milliardaires qui occupent les suites de luxe jusqu’aux immigrants entassés en fond de cale, tous sont embarqués dans le même voyage – et pour le même naufrage. Et pourtant, alors que l’iceberg approche et que le bateau devrait dévier de son cap, l’orchestre continue de jouer, les passagers de se distraire, et l’équipage de passer de groupe en groupe afin de rassurer tout le monde " écrit Nicolas Hulot dans " Le syndrome du Titanic " ( Chez Calman- Levy– ISBN 2-7021-3418-1)

Mais nous ne serons pas les seuls à sombrer ; combien de milliards d’hommes ne pourront plus, avant la fin du siècle, survivre sur une Terre dévastée ?. Et vous ne pourrez pas dire à vos enfants ou à vos petits-enfants que vous ne saviez pas …

L'empreinte écologique est une mesure de la pression qu'exerce l'homme sur la nature. C'est un outil qui évalue la surface productive nécessaire à une population pour répondre à sa consommation de ressources et à ses besoins d'absorption de déchets (l''ensemble des coefficients qui sont pris en compte dans la détermination de "l'empreinte écologique" sont détaillés sur http://www.wwf.fr/empreinte_ecologique/ ).

A l'échelle d'une personne, l'empreinte écologique est une estimation de la superficie nécessaire pour répondre à l'ensemble de vos besoins en ressources naturelles. L’empreinte globale a grimpé de 80% entre 1961 et 1999 pour atteindre un niveau de 20% supérieur à la capacité biologique de la Terre. Mais de fortes disparités existent: si tous les humains vivaient comme la moyenne des étatsuniens, il nous faudrait 5 Terres et 3 en vivant tous comme la moyenne des européens. Pour ne pas dépasser cette empreinte il nous faudrait vivre comme la moyenne des chinois ou des indiens. Alors, quelles solutions? Interdire à 3 milliards d'humains l'accès aux normes de confort ou de consommation occidentales? Pour nous, habitants des pays riches, diminuer par 3 ou 5 nos consommations ? Plus globalement, orienter une diminution drastique de la population terrestre par une grande campagne mondiale d'incitation assorties de garanties sociales?

La majorité des élus, la majorité des hauts fonctionnaires et la majorité des média ont refusé de prendre l’exacte mesure du problème qui transparaît depuis maintenant plus de 30 ans (en 1972, suite à la demande du Club de Rome une équipe de chercheurs du Massachussetts Institute of Technology diffuse le rapport Meadows connu sous le nom de "Rapport du Club de Rome", puis, une actualisation de ce nrapport est édité en 2002. Les conclusions des chercheurs sont simples : tant que le modèle global comporte certaines boucles "positives", notamment la recherche de la croissance annuelle de la production industrielle - ce qui est le projet de tout pays aujourd'hui - , l'effondrement est inévitable avant 2100 quel que soit l'optimisme prévalant sur les autres hypothèses.). Vous pouvez télécharger les résumés de ces rapports ici pour celui de 1972 et ici pour celui de 2002

Nous vous reprochons, vous élus, de ne pas, aujourd'hui, prendre les problèmes à bras le corps … qu’attendons-nous ? qu’il soit trop tard, que les problèmes ne puissent plus être traité qu’autrement que par l’extermination des ¾ de la population, dernière solution possible pour la survie de la Terre dans un système capitaliste?

Nous vous reprochons de ne pas réagir, et de nous laisser engagés dans de multiples impasses: nous en citerons quatre qui sont d'ailleurs interdépendantes!

L'impasse énergétique:
( Voir les détails sur le site du polytechnicien Jean- Marc Jancovici, spécialiste des questions énergétiques : http://www.manicore.com/)
La production de pétrole culminera aux alentours de 2020 (et certains considèrent même que l'année 2005 représente l'année du "peak oil"), pour inexorablement décliner ensuite.

Avec un taux de croissance de 2% par an (et on peut se poser la question de savoir si la Chine et l'Inde, avec leurs plus de 2 milliards d'habitants qui eux aussi souhaitent pouvoir se déplacer en automobile, avoir chaud l'hiver et frais l'été, partir en vacances et manger de la viande, construire et consommer, voudront bien se limiter à cette croissance) , c'est en 2050 que nous aurons consommé toutes les réserves mondiales prouvées (800 Gtep) et vers 2100 que nous aurons consommé toutes les réserves mondiales prouvées et supposées (4000 Gtep)
Ah, bien sur, on peut espérer la découverte d'une nouvelle source d'énergie aussi pratique que le pétrole, et si possible sans émission de CO2 … vous prenez le risque de ce pari ?

L'impasse climatique:

Jean- Marc Jancovici écrit "Si l'évolution climatique que nous avons enclenchée devait aboutir à l'appauvrissement des écosystèmes, à la disparition de ressources naturelles (sols cultivables, ressources maritimes, etc), à des désertifications, à une division par trois de la production agricole, à une recrudescence de phénomènes extrêmes, à des migrations, voire à des guerres, il est évident qu'il y aurait des répercussions sur la santé, et que l'espérance de vie baisserait…./… A cause de la très grande inertie de certaines des composantes de la machine climatique, l'évolution que nous avons mise en route aura donc des conséquences pendant quelques milliers d'années, quoi que nous fassions désormais…./… Toutefois il est encore entre nos mains d'avoir une évolution forte ou faible, un changement d'ère climatique ou peut-être une simple modification gérable de l'ère actuelle."

La prolongation des tendances concernant nos émissions de CO2 conduit à une élévation de température moyenne de la planète: le haut de la fourchette dépasse maintenant les 8 °C en un siècle. Personne ne sait prévoir les terribles conséquences probables d'une telle élévation.
Et l'application du Protocole de Kyoto, s'il est un premier pas positif, ne changera pas grand chose au problème: pour compenser nos émissions de CO2 en excès, il faudrait boiser l'intégralité des terres aujourd'hui cultivées dans le monde, un quart des terres émergées (c'est aussi l'équivalent des forêts actuelles).

L'impasse alimentaire:"

Si nous voulons pouvoir nourrir 6 milliards d'êtres humains sans détruire la planète qui nous héberge, il nous est impossible de poursuivre dans la voie de l'agriculture productiviste telle qu'elle est pratiquée depuis un quart de siècle sous la gouverne des industries alimentaires.

Car ce mode de production est aujourd'hui en partie responsable de l'érosion des sols, des changements climatiques, de la dégradation de la qualité de l'air et de l'eau, de la disparition de milliers d'espèces de plantes et d'animaux sauvages et domestiques. Dans nos assiettes, notre alimentation, polluée par des pesticides et des engrais, compromet l'avenir de nos enfants et affecte notre santé ( 76 produits toxiques dans le sang des parlementaires européens ! ) .
Trente-cinq mille exploitations agricoles disparaissent encore chaque année en France, soit une toutes les quinze minutes. Au-delà de nos frontières, les lois du marché basées sur ce modèle d'agriculture ont aussi contraint des millions de gens à abandonner leurs cultures vivrières au profit des cultures occidentales affamant davantage des populations déjà démunies" résume en quatrième de couverture de "l'impasse alimentaire ?" le Comité de veille écologique et Karine Lou Matignon ( "L'impasse alimentaire" Fayard – ISBN: 2-213-62084-9) …. Il est inutile de citer ici tous les chiffres et toutes les pollutions citées dans ce livre, mais il y a quand même un chiffre à retenir: les 27 milliards d'euros distribués aux grandes exploitations par l'Europe, lesquels proviennent évidemment de vos impôts, correspondent exactement au total des achats de pesticides et d'engrais…. simple transfert de subvention!

On voudrait nous faire croire que les agriculteurs français sont plus raisonnables, que la consommation d'engrais et de pesticides s'est stabilisée depuis 1980. C'est oublier, que dans le même temps, le nombre d'exploitations et le nombre d'exploitants ont diminué. La surface agricole utile diminue également tous les ans du fait de l'urbanisation et des équipements (actuellement moins de 30 millions d'ha). Mais le comble, les jachères ont été multipliées par 5 (243 000 ha en 1988 à 1 227 000 ha en 2000). C'est la plus spectaculaire hausse de toutes les cultures principales du pays (voir les chiffres des recensements agricoles dans http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/ Autrement dit, la friche subventionnée est classée pour cette raison dans les cultures principales du pays. Le calcul est simple et la supercherie aussi: moins d'agriculteurs polluent autant sur une plus petite surface. Les aliments sont ainsi plus que jamais concentrés en pesticides et engrais chimiques de synthèse.

Comment peut-on encore soutenir politiquement une agriculture pétrolière et chimique, endettée et assistée par les subventions européennes et nationales, non créatrice d'emplois, qui participe au pillage et à la misère du Tiers-Monde? un secteur qui réduit d'année en année sa population active, alimentant le chômage des autres secteurs en difficulté. Celà signifie une plus grande dépendance alimentaire de la société vis-à-vis d'une minorité: 900 000 exploitants pour 60 millions d'habitants ; dépendance qui ne peut que s'aggraver par restriction à l'activité agricole et par restriction à l'accès à la terre. Les agriculteurs, qui ont choisi la voie de l'agriculture industrielle, qu'ils possèdent ou louent la terre, par agrandissement et accumulation de terres, profitant de la disparition des petites exploitations, excluent ainsi la possibilité à d'autres de vivre différemment de la terre.
Comment expliquer ainsi la diminution constante du nombre des agriculteurs et l'augmentation corrélative de la surface moyenne des exploitations? Entre 1988 et 2000, les exploitations de moins de 75 ha ont diminué de plus de la moitié alors que les exploitations agricoles de plus de 75 ha ont augmenté de plus de la moitié. L'accès à la terre pour ceux qui veulent une autre agriculture s'en trouve ainsi verrouillée. Avec une installation pour trois départs en retraite, comment peut-on croire en l'avenir d'une agriculture nourricière et plus respectueuse de l'environnement?
Rappelons également qu'il ne reste plus que 10% des grands poissons dans l'Atlantique Nord, par rapport au début du siècle dernier.

L'impasse monétaire:

C'est à notre avis le nœud gordien qu'il faudrait couper, c'est cette impasse qui est la cause de toutes les autres impasses.

Le principe fondamental sur lequel repose notre système monétaire, est que la monnaie est générée uniquement par l'endettement et non pas, comme elle le devrait, par la production des richesses. En avril 2004, la dette de l'Etat est de 998 Md€ (le seul paiement des intérêts de cette dette de l'Etat - sans même parler de rembourser une partie du capital - est le 2è poste budgétaire, avec plus de 10% des dépenses), la dette des entreprises de 1114 Md€, la dette des particuliers de 612 Md€, et le total est donc de 2724 Md€. A la même date, l'épargne représentait 737 Md€. La différence est de 1987 Md€ . Il est facile de conclure que l'endettement collectif est moralement injustifié et mathématiquement impossible à résorber: en effet, pour rembourser, c'est-à-dire alléger la dette, il faut disposer de monnaie elle-même obtenue par un endettement. L'opération serait neutre s'il ne fallait verser des intérêts qui au final alourdissent la dette, mais du fait de l'intérêt, dont la monnaie n'est jamais émise en même temps que le capital qui le génère, vouloir résorber la dette par des économies est mathématiquement sans espoir.

Pourquoi le gouvernement devrait-il payer un intérêt à un système bancaire privé pour l'usage de sa propre monnaie, qu'il pourrait émettre lui-même, sans intérêt?
La réponse - qui prouve bien l'énorme manipulation dont nous sommes tous victimes - est dans l'article 104 du Traité de Maastrisch qui stipule " il est interdit à la BCE et aux Banques Centrales des Etats membres d'accorder des découverts ou tout autre type de crédit aux institutions ou organes de la Communauté, aux administrations centrales, aux autorités régionales ou locales, aux autres autorités publiques, aux autres organismes ou entreprises publiques des Etats membres...". Il sera bientôt intégré, sans que personne ne s'y oppose, dans la future constitution européenne défendue par nos grands esprits de droite comme de gauche. S’il est adopté, l’Europe deviendra le seul et unique pays au monde et dans l’histoire où l’indépendance absolue d’une Banque Centrale aura été constitutionnalisée. L’article vaut d’être cité : " Ni la BCE, ni un membre quelconque de ses organes de décision ne peuvent solliciter ni accepter des instructions des institutions, organes ou agences de l’Union, des gouvernements des Etats-membres ou de tout autre organisme. Les institutions, organes ou agences de l’UE ainsi que les gouvernements des Etats-membres s’engagent à respecter ce principe et à ne pas chercher à influencer les membres des organes de décision de la BCE dans l’accomplissement de leur mission ".

Thomas Edison écrivait déjà: "Il est absurde de dire que notre pays peut émettre des millions en obligations, et pas des millions en monnaie. Les deux sont des promesses de payer, mais l'un engraisse les usuriers, et l'autre aiderait le peuple. Si l'argent émis par le gouvernement n'était pas bon, alors, les obligations ne seraient pas bonnes non plus. C'est une situation terrible lorsque le gouvernement, pour augmenter la richesse nationale, doit s'endetter et se soumettre à payer des intérêts ruineux."

Les quatre impasses citées ont un dénominateur commun : le système capitaliste
Ce système qui permet le transfert permanent des richesses des plus pauvres vers les plus riches, des emprunteurs vers ceux qui disposent des capacités préalables d'épargne.

Le coupable, c'est ce système où l'obsession du "toujours plus" de la consommation prime chaque fois sur le "toujours mieux" pour la société, ce système où l’avoir prime sur l’être, ce système de l'accumulation et de la "satisfaction" des envies et jouissances immédiates au détriment de la génération qui nous suit directement et du futur de la Terre.

Et puisque le dénominateur commun de ces impasses se trouve être le système capitaliste, c'est celui ci qu'il faut changer. Ni avec des rustines de ci de là, ni par un système marxiste ou communiste, mais par le sociétalisme, et son système monétaire "l'écomonétarisme".

Il est encore temps de redresser la barre, mais il faut faire vite. Oublier les prochaines échéances électorales et la démagogie qu'elles imposent. Vous, les politiques, il va falloir prendre des décisions qui ne seront pas souvent appréciées par vos électeurs. Vous, les électeurs, vous, les citoyens, il va vous falloir voter courageusement pour les voies nouvelles, malgré la remise en question profonde de toutes vos certitudes en matière d'économie, malgré la crainte de l'inconnu que pourrait vous inspirer une voix divergente dans le concert ultra-libéral.
Nous, les sociétalistes ( http://www.societal.org ), nous accusons le système ultra-libéral et capitaliste, ce système où la seule valeur est la consommation, ce système où le toujours plus prime chaque fois sur le toujours mieux, ce système où l’avoir prime sur l’être. Nous avons démontré qu'il n'est nul besoin de capital pour produire, que la quantité de monnaie doit suivre la production et être détruite lorsque la production est consommée, qu'il n'y a aucune raison de l'épargner, mais que la production doit être détaxée en fonction de son effet sociétal, en termes de bienfait social et écologique.

Les progrès de la mécanisation nous permettent aujourd'hui de produire tout ce dont nous avons besoin.
Mais aujourd'hui, tout ce dont nous avons besoin, ce n’est jamais assez … il nous faut en plus tout ce dont nous n’avons pas besoin dans une spirale sans fin, et tant pis pour les ressources non renouvelables, les conséquences du réchauffement et des gaz à effet de serre, les pollutions des sols et des rivières, l’épuisement du pétrole, la pauvreté absolue de plus d'un tiers de la population terrestre. Et pourtant, comme dit le sage: "Le bonheur n'est pas dans la possession maladive de tout ce qui existe. Le bonheur réside dans la jouissance paisible du nécessaire".
Ce sont les marchandises (ou services) qui font la valeur de la monnaie. En produisant toutes les marchandises, une Nation fait la valeur de la monnaie; il revient donc - pour chaque Nation ou groupe de Nation - , à un organisme public de créer la monnaie gratuite au nom de la collectivité.

La seule application de ce dernier principe changerait la face du monde


Diffusez ce texte , faites le circuler, il faut que chacun sache!
Envoyez le à tous vos amis et connaissances, aux députés, aux ministres, aux sénateurs, aux maires, aux conseils généraux et aux conseils régionaux, sur toutes les listes de discussion, les forum et autres sites. Spammez, utilisez les mêmes "armes" que les autres! Et tant mieux s'ils le recoivent plusieurs fois.
Et si ce texte ne vous plait pas, écrivez-en un autre ou inspirez vous de celui-ci... Cela n'a aucune importance, le principal est de "faire savoir" par tous les moyens.
(Texte écrit par A-J Holbecq, économiste, auteur de "Un regard citoyen sur l'économie", Éditions Yves Michel - ISBN:2 913492 11 8 et par des membres du GRESSO" - Groupe de Recherches Économiques pour un Système SOciétal ).
La dernière version pdf mise à jour se trouve sur : http://www.societal.org/Vousnepourrezpasdire.pdf


Il faut aujourd'hui rajouter cette information... tout nous ramène à la nécessité mondiale de promouvoir une réduction de la population

Courrier international - 27 janv. 2006

POLLUTION - L'azote est plus dangereux que le dioxyde de carbone pour la planète

"Prenez cinq personnes au hasard dans la rue, il y a toutes les chances pour qu'elles sachent que le réchauffement climatique est provoqué par des émissions de dioxyde de carbone (CO2). Demandez à cinq autres personnes si elles connaissent les émissions d'azote, il y a de fortes chances qu'elles restent sans voix", raconte l'hebdomadaire britannique New Scientist. Pour un nombre croissant de scientifiques, cependant, l'azote résultant d'activités humaines est un péril que nous ignorons. Et si nous continuons ainsi, insistent-ils, les conséquences seront bien pires que le simple réchauffement planétaire. La santé de l'homme, la biodiversité, la couche d'ozone et le climat seront affectés. Et, si nous pensions qu'il était difficile de résoudre le problème de la couche d'ozone, celui qui nous attend avec l'azote est bien plus pernicieux. "Les conséquences des émissions d'azote d'origine humaine sont alarmantes, car le lien avec la santé de l'homme est avéré, lien que nous n'avons pas avec le CO2", explique Elizabeth Holland, du Centre national de recherche sur l'atmosphère (INCAR) de Boulder, dans le Colorado.

"En présentant le CO2 comme le coupable du réchauffement mondial, on a laissé passer inaperçu le problème de l'azote", continue le New Scientist. Sans doute est-ce dû au fait que son histoire chimique est souvent plus compliquée. "A l'état de gaz, l'azote est stable et peu réactif. Mais, s'il est oxydé ou réduit, l'azote donne des molécules, dont les plus connues sont les oxydes d'azote, qui peuvent avoir une multitude d'effets sur l'écosystème terrestre, sur les fonds marins et sur la santé humaine", confirme James Galloway, le directeur de l'International Nitrogen Initiative (INI), basée à l'université de Charlottesville, en Virginie. Pour arrêter le processus, il faut ramener l'azote contenu dans ces molécules à l'état quasi inerte. En outre, à l'échelle mondiale, l'agriculture en rejette cinq fois plus que l'industrie énergétique. Or, très peu de gouvernements sont prêts à demander à leurs fermiers de réduire leur consommation d'engrais.

"Il y a bien une solution radicale au problème soulevé par la présence d'azote réactif, mais elle ne va pas faire plaisir. Il s'agit de renoncer purement et simplement à notre société de consommation", avance Brian Moss, professeur de botanique à l'université de Liverpool. "Cela ne se fera pas volontairement, mais on y sera forcé sous les effets combinés des changements climatiques, de la fin du pétrole, de la démographie galopante, du problème des réfugiés économiques et environnementaux. Si vous avez aujourd'hui moins de 30 ans, et peut-être même moins de 40 ans, je pense que vous devez vous préparer à traverser des moments difficiles", conclut Brian Moss.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=59478&provenance=ecologie&bloc=02



En attendant le passage à un modèle sociétal, que pourrait donc faire un gouvernement pour améliorer, un tant soit peu, ce système, pour limiter au mieux les conséquences de ces impasses?
Nous avons appelé cette page YakaFaucon wink ... car, oui, si nous voulions le faire, nous le pourrions!


Créé par: AJH Dernière modification: Mercredi 16 de Décembre, 2009 09:35:09 CET par AJH


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki