Menu

Utilisateurs connectés

2 utilisateurs connectés

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Ecosocietalisme0

2 - SOCIETALISME
1 - BIENVENUE > 1.1 - Vulgarisation
2 - SOCIETALISME > 2.1 - PROJET SOCIETAL > Aspect économique
Ecosociétalisme0: Préface, Avant-propos, Préambule Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter
Voir Livre?

Les 10 pages "EcosocietalismeN" furent les pages préparatoires du manuscrit "Une alternative de société: l'écosociétalisme" . A ce titre certains passages sont quasi identiques au livre, et d'autres diffèrent. A ce jour (décembre 2005) un travail de vérification est en cours, et ce qui reste compatible entre les pages du livre et les pages de ce site est repéré en bleu foncé au fur et à mesure des vérifications.
D'autre part, il est naturel que plusieurs points de vue différents apparaissent concernant certaines idées de ce modèle économique: ces points de vue différents ou ultérieurs sont regroupés sur les pages "OptionsN"


Sommaire < Préface, Avant-propos, Préambule > Chapitre 1


Préface de PATRICK VIVERET

Le livre d'André-Jacques Holbecq appartient à cette littérature bien exprimée par les promoteurs historiques de l’économie sociale et solidaire, les Owen, les Proudhon, les Fourier ou les Godin, celle de l’utopie concrète.

Utopie au sens originel d’un autre lieu permettant un autre regard sur le monde et cet autre regard permettant lui même de penser d’autres solutions à des problèmes vus sous un angle neuf. Mais utopie concrète car la radicalité de cette autre approche est au service de propositions extrêmement précises, détaillées voire chiffrées. Cette méthode a l’avantage de permettre la discussion démocratique : sur la monnaie, le capital, les revenus, les modalités de création d’une nouvelle « societaxe » très originale, cette approche permet d’ouvrir des questionnements, des adhésions souvent, des désaccords parfois. Dans tous les cas on y trouvera un stimulant passionnant pour toutes celles et ceux qui ne se satisfont pas des dégâts écologiques et humains que produit ce que Joseph Stiglitz a nommé le « fondamentalisme marchand » dans son livre « la grande Désillusion ».

Un lecteur qui n’aurait pas lu d’autres textes d’André-Jacques Holbecq pourra certes se trouver quelque peu désarçonné par le propos presque technique de l’auteur. C’est en effet que celui-ci a choisi dans cet ouvrage de s’affronter aussi précisément que possible à la concrétisation des formes d’alternative à promouvoir au cœur de ce projet qu’il nomme l’écosocietalisme. Le terme renvoie à la dimension tout à la fois écologique et sociétale d’un projet alternatif plus large que la vision trop souvent étroite que nous nous faisons du domaine « social » . L’économie sociale et solidaire l’utilise de plus en plus souvent par exemple par la pratique du « bilan sociétal » qui permet une évaluation de l’activité de l’entreprise sur des critères écologiques et sociaux et pas seulement économiques et financiers ou par l’expérimentation en démarrage, dans le cadre d’un programme Equal européen, d’un projet de monnaie d’utilité écologique et sociale, le "sol".

Si ce type d’ouvrage vient à son heure c’est que nous sommes dans une période historique critique où nous avons besoin de traiter les racines des principaux problèmes auxquels est confrontée l’humanité.

Souvenons-nous de la phrase d'Antonio Gramsci : l'ancien monde est en train de mourir, un nouveau monde est en train de naître, mais dans cette période intermédiaire, des monstres peuvent apparaître. Nous sommes en train de vivre cette période, et les monstres sont apparus, avec des logiques irrationnelles et de grands dérapages collectifs, comme les guerres, les fondamentalismes et les terrorismes qui y sont associés.

Rappelons-nous les analyses prophétiques des années Trente, applicables à notre crise actuelle. Keynes avait parlé non pas d'une crise économique mais d'une crise de l'économique, car nos sociétés sont structurées autour de la lutte contre la pénurie et la rareté, alors que le problème actuel est souvent celui d’une abondance, qu'on ne sait pas gérer et qui génère ce que Keynes osait nommer, dans ses « Essais sur l’économie et la monnaie » une dépression nerveuse collective.
Les symptômes de la crise sont particulièrement visibles dans nos sociétés matériellement sur-développées, mais en voie de sous-développement sur le plan affectif, éthique et spirituel. En effet, nos sociétés, de plus en plus fascinées par les technologies de communication souffrent en réalité d'une triple rupture de communication : avec le cosmos et la nature, dans le rapport avec nous-mêmes (intériorité, sagesse, méditation) et dans le rapport à autrui.

Il faut entendre les grands dérèglements actuels, et y voir la nécessité de changer de paradigmes, de paramètres sociaux et économiques. Par exemple, l'essentiel de l'activité humaine est pensé autour de l'activité économique, une économie réduite à sa composante productiviste et industrielle, dont les effets destructeurs - sur l'environnement, et le tissu social - sont avérés. Ce modèle n'offre aux hommes qu'une seule perspective, devenir un producteur compétitif, l'autre étant un rival dans cette compétition. C'est la logique guerrière de la domination, de la captation des savoirs et du sens, de la possession des biens, et de l'autre. Dans ce modèle, on compense la pauvreté du projet de vie par une excitation dans l'ordre de l'avoir (consommer, posséder, dominer) et par le divertissement au sens pascalien du terme.
A cette logique en impasse s'oppose une autre logique, celle de ce que Pierre Rahbi nomme la « sobriété heureuse » ou Majid Rahnema « la simplicité volontaire ». C’est une logique de l’art de vivre et du bien être en entendant pleinement le terme "être" dans ce terme trop souvent banalisé.

La logique de l'avoir est illustrée par cette phrase de Gandhi : Il y a suffisamment de ressources sur cette planète pour répondre aux besoins de tous, mais pas assez pour satisfaire le désir de possession de chacun. Cette logique a une limite écologique évidente. En termes d'empreinte écologique, on a mesuré que si les pays en développement adoptent le mode de vie des pays riches, il faudrait l’équivalent de plusieurs planètes en 2050 ! On comprend bien que le vieux monde ne peut plus continuer sur de telles bases.

En matière de climat, au lieu des petits pas du protocole de Kyoto - que l’on n'applique pas alors qu'il est déjà insuffisant - il faut des politiques publiques qui disent la vérité, et mettent en place les conditions démocratiques et culturelles pour examiner ensemble ce qu'il faut faire, si nous voulons éviter le désastre.

Nous parlons là d'une cure de désintoxication radicale : il ne s'agit pas de "verdir" le mode de développement actuel, mais d'en changer totalement la nature.
Il faut aussi changer nos modes de comptabilité nationale, car nos calculs des richesses sont en grande partie contre-productifs. C’est une erreur de penser qu'il y a d'une part des entreprises productrices de richesses, et d'autre part des activités qui ponctionnent ou prélèvent les richesses. Une entreprise serait impuissante dans un monde où l'eau serait devenue inconsommable, la terre empoisonnée et l'air irrespirable. Le non sens est le même si la population est illettrée et en mauvaise santé, du fait du démantèlement des services publics, ou si l'incivilité se développe. Ce qui veut dire que les biens communs essentiels (environnement, santé publique, morale civique...) sont aussi fondamentaux que la création et la transformation de richesses réalisée au sein de l’entreprise.

Voilà quelques unes des raisons qui nous poussent à écouter ceux qui, comme André-Jacques? Holbecq et les membres de son collectif, le "GRESSO", cherchent à donner un contenu concret aux projets alternatifs. C’est le mérite de ce livre que d’y contribuer avec force.

Patrick Viveret


Philosophe, Magistrat à la Cours des Comptes
Auteur, entre autres, du rapport "Reconsidérer la Richesse" (éditions de l'Aube) et de "Pourquoi ça ne va pas plus mal ?" (Editions Fayard)


Avant-propos


Pour changer cette société par l'utilisation de l'outil économique, il y a deux manières de procéder. La première consiste à progressivement mettre plus d'écologie et de social dans l'économie (taxes diverses, émission monétaire, etc.), la seconde c'est de dire : « Faisons table rase et voyons... »

C'est la seconde que nous vous proposons ici. Mais pour en apprécier toute la « substantifique moelle » il est important de changer votre regard, il est important de changer de paradigme, de rester critique vis-à-vis de la « pensée unique » et du « économiquement correct ». Il est donc indispensable de lire le rapport « Reconsidérer la richesse » réalisé en janvier 2002 par Patrick Viveret, Conseiller référendaire à la Cour des Comptes, et dont l'introduction commence par ces paragraphes :

« Nous avons la preuve permanente que notre représentation actuelle de la richesse, et l'usage contre-productif que nous faisons de la monnaie, aggrave les problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées au lieu de nous aider à les résoudre. Dans la plupart des dossiers qui ont été au cœur des débats publics de ces derniers mois, de la vache folle à l'Erika, de l'amiante aux accidents de la route, des conséquences de la grande tempête de décembre 1999 à la crise des carburants de l'automne 2000, il y a toujours un élément commun que l'on oublie curieusement de rappeler : ces catastrophes sont des bénédictions pour notre Produit Intérieur Brut, ce chiffre magique dont la progression s'exprime par un mot qui résume à lui seul la grande ambition de nos sociétés matériellement développées et éthiquement sous développées : LA CROISSANCE !

Plus de destructions = plus de PIB

Car les centaines de milliards que coûtent à la collectivité ces destructions humaines et environnementales ne sont pas comptabilisées comme des destructions mais comme des apports de richesse dans la mesure où elles génèrent des activités économiques exprimées en monnaie. À supposer que nous n'ayons aucun accident matériel ou corporel, ni morts ni blessés sur les routes de France l'année prochaine, notre PIB baisserait de manière significative, la France perdrait une ou plusieurs places dans le classement des puissances économiques et l'on verrait nombre d'économistes nous annoncer d'un ton grave que la crise est de retour.

Les activités bénévoles font baisser le PIB

Dans le même temps, toutes les activités bénévoles qui, grâce en particulier aux associations loi 1901, dont nous nous apprêtons à fêter le centenaire, ont permis d'éviter ou de limiter une partie des effets de ces catastrophes, par exemple en allant nettoyer les plages polluées ou en aidant gratuitement des handicapés, n'ont, elles, permis aucune progression de richesse et ont même contribué à faire baisser le produit intérieur brut en développant des activités bénévoles plutôt que rémunérées. Autant dire que nous marchons sur la tête et que dans le même temps où l'on va célébrer le rôle éminent des associations, nous continuerons à les traiter comptablement, non comme des productrices de richesses sociales mais comme des « ponctionneuses de richesse économiques » au titre des subventions qu'elles reçoivent.

Il est temps de changer de représentation

Il est donc plus que temps de nous atteler à ce chantier considérable du changement de représentation de la richesse et de la fonction que joue la monnaie dans nos sociétés. Définir l'évaluation comme une délibération sur les valeurs. La question des « indicateurs » qui relève des outils ne peut donc être dissociée de celle des « critères » qui relève du débat sur les fins. « Oui à l'économie de marché, non à la société de marché. » Il s'agit, on l'a compris, de retrouver, à l'aube de ce siècle, la force originelle du principe associatif, celle qui cherche, à travers et au-delà l'économie, à substituer la logique coopérative des jeux gagnants/gagnants à la logique guerrière des jeux gagnants/perdants. »

Deux richesses fondamentales sont oubliées par l'économie dominante : les humains et leur environnement naturel. C'est pourquoi, note le rapport du PNUD, « les biens ne doivent pas être valorisés intrinsèquement, mais considérés comme les instruments de la réalisation de certaines potentialités telles que la santé, la connaissance, l'estime de soi et l'aptitude à participer activement à la vie de la communauté ».

Ce sont ces idées qui ont guidé notre travail, et nous espérons que même si vous n'en approuvez pas toutes les suggestions, il aura au moins le mérite de vous faire réfléchir en vous montrant que d'autres voies sont possibles.



Préambule


A. Changer de paradigme ( Voir cette page sur ce site )

1. Les problèmes économiques : problèmes d'économie ou problèmes d'épistémologie ?
Un changement de paradigme nécessite le plus souvent de surmonter des obstacles épistémologiques qui désignent « des représentations induites en particulier par les expériences premières que nous avons associées à un concept » (Bachelard). Cette notion d'obstacle permet de comprendre les raisons qui ont fait rejeter pendant plus de 100 ans la théorie de la circulation sanguine. Face à un changement de paradigme, les partisans d'un ancien paradigme ne sont pas sensibles aux caractéristiques d'un nouveau ni aux démonstrations qui réfutent l'ancien.
Les effets des dysfonctionnements économiques actuels, qui contribuent à plonger notre société dans le désarroi, ont autant une origine épistémologique qu'économique, car les applications du dogme des théories économiques actuelles sont toutes fondées sur la gestion des ressources rares.
Le paradigme actuel ne nous propose que la guerre comme seule solution trouvée à ce jour pour permettre à l'économie de dépasser ses propres contradictions

2. Le concept de la monnaie...
Il a évolué et s'est transformé au cours des siècles, des coquillages à l'or, pour aboutir à une totale dématérialisation (depuis 1978) qui a pour conséquence qu'aucune monnaie n'a de contrepartie en matières précieuses ou rares.
Or, si une collectivité a :
1. un besoin,
2. la volonté de le satisfaire,
3. les moyens techniques et énergétiques,
4. la main d'œuvre et le savoir-faire nécessaires,

... pourquoi ne peut-elle réaliser ce besoin par faute de financement ?
L'obstacle épistémologique est que la monnaie reste conçue comme une réalité matérielle (précieuse) de quantité finie donc rare et épuisable, alors qu'elle ne l'est plus puisqu'elle est dématérialisée.

Il faut donc assimiler un nouveau paradigme dans lequel :
1.Aucune loi physique n'empêche un État, une Banque centrale ou de second rang de créer toute la monnaie nécessaire. Ne pas le faire est la conséquence d'actes volontaires, de lois humaines.
2.Contrairement à l'ancienne prémisse (ressources rares), la nouvelle est : comment écouler nos surplus pour mieux satisfaire nos désirs et nos besoins dans le respect de l'écologie planétaire (abondance permise par le progrès technologique).
3.La création monétaire peut être ajustée de telle manière à ce que l'ensemble du pouvoir d'achat soit équivalent à l'ensemble des productions susceptibles d'être vendues, et ceci en fonction de trois paramètres :
a) le potentiel de production
b) les désirs d'achat
c) les conséquences écologiques
4.L'équilibre des balances commerciales est à prendre en compte car il ne faut ni affaiblir les autres pays qui sont nos clients potentiels, ni s'affaiblir, pour éviter le risque de dépendance.
5.Le déficit budgétaire est signe que les créations monétaires relatives aux échanges économiques possibles à l'intérieur du pays sont insuffisantes.

Le lecteur trouvera en annexe cinq réflexions complémentaires sur le changement de paradigme :
- La « monnaie fondante » ou « monnaie franche » : comment une solution simple a amené à relancer l'économie.
- En pleine guerre...
- Un « plan Marshall européen ».
- Endettement public et idées préconçues.
- Changer la présentation des comptes de la Nation.

3. Dix poncifs sur la richesse (extraits du rapport de Patrick Viveret)

• Le PIB est un bon indicateur de la richesse créée
De la vache folle à l'Erika, de la tempête de décembre 1999 aux accidents de la route ou à l'explosion de l'usine AZF à Toulouse : toutes ces catastrophes sont des bénédictions pour notre produit intérieur brut ! Les centaines de milliards de francs qu'elles coûtent à la collectivité ne sont pas comptabilisées comme des destructions, mais comme des créations de richesse : dès lors qu'il faut payer des garagistes pour réparer les voitures endommagées, des cimentiers pour brûler les farines animales ou des médecins pour soigner les victimes de la pollution, des valeurs ajoutées monétaires sont enregistrées dans les comptes. Ce qui contribue à gonfler le PIB (produit intérieur brut).

• Seules les entreprises produisent de la richesse
Notre système économique repose sur la stricte séparation entre, d'un côté, des entreprises considérées comme seules productrices de richesse et, de l'autre, des activités sociales et écologiques financées par prélèvement sur cette richesse. Un tel mythe condamne les associations à quémander leurs moyens d'existence à l'État ou à les rechercher sur le marché, faute de disposer de ressources directement liées aux richesses sociales qu'elles contribuent à créer ou à préserver. En termes de comptabilité nationale, les associations concourent à faire baisser le PIB en développant des activités bénévoles plutôt que rémunérées. Ce système pervers fait des services publics un secteur suspecté en permanence de parasitisme.

• Les indicateurs de productivité de l'ère industrielle sont toujours valables
Nous disposons d'outils de mesure de la productivité forgés pour favoriser une croissance matérielle de nature industrielle. Ceux-ci s'avèrent largement contre-productifs lorsqu'il s'agit d'affronter les trois grands défis de l'avenir : entrée dans l'ère informationnelle, enjeux écologiques, rôle des services relationnels (éducation, santé...) dans notre développement. Ainsi, en matière de santé, ce qui compte n'est pas le nombre de visites chez le médecin, mais le fait de savoir si l'on est guéri ou, mieux, si l'on échappe à tel ou tel risque. Or, dans la comptabilité actuelle, plus on fait de prévention, plus on casse la croissance (puisqu'on consomme moins de médicaments et d'heures d'hospitalisation) !

• La monnaie sert d'abord à faciliter l'échange
Exact, mais pour une part seulement. Le mot « payer » vient du latin pacare, qui signifie pacifier et Montesquieu a développé une théorie du « doux commerce » comme alternative à la guerre. Mais, si la monnaie remplit cette fonction lorsqu'elle facilite l'échange entre partenaires, elle devient facteur de violence quand elle se fait outil de domination d'un capitalisme relevant plus de la volonté de puissance que du désir d'échange. Que des personnes désireuses d'échanger et de créer des activités ne puissent le faire au motif qu'elles sont insolvables est en contradiction avec la théorie de la monnaie comme outil d'échange.

• L'argent reste le fondement de tout système d'échange
Le système d'échange le plus universel entre les êtres humains est en réalité celui du temps. Celui-ci remplit d'autant mieux les rôles d'unité de compte et de moyen d'échange traditionnellement dévolus à la monnaie que ses unités (heures, minutes, secondes) ont l'avantage, contrairement à l'argent, d'être universellement reconnues et invariables. Bref, ce qu'on appelle l'argent, et qui n'est en fait que la « monnaie de marché », n'est qu'un cas particulier de l'échange de temps. Il serait plus judicieux de dire que « l'argent, c'est du temps » plutôt que « le temps, c'est de l'argent ».

• C'est la rareté qui fait la vraie valeur d'un bien
Nous définissons la valeur, au sens économique, par la rareté. Mais cette intuition devient fausse lorsqu'elle dénie toute valeur à des biens non rares mais dont la perte serait irréparable : l'air est abondant et gratuit, mais sa disparition condamnerait l'espèce humaine. Ce qui montre que la valeur marchande est un sous-ensemble d'un système de valeurs plus élevé, dont il suffit de simuler la perte pour découvrir l'importance.

• Les ressources planétaires sont insuffisantes pour satisfaire tous les besoins
La guerre économique actuelle, que l'on nous présente comme liée à des logiques de rareté et de survie, se situe dans un contexte où les besoins fondamentaux des six milliards d'êtres humains peuvent être satisfaits. Les chiffres du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement) sont éloquents : il faudrait environ 40 milliards de dollars par an pour éradiquer la faim, permettre l'accès à l'eau potable pour tous, pour les loger décemment et combattre les grandes épidémies. Soit dix fois moins que pour les dépenses mondiales de publicité !

• L'économie est née de la nécessité d'affecter des ressources rares
Dans la plupart des cas, ce n'est pas la rareté mais l'abondance qui caractérise la nature : que l'on pense à l'abondance des espèces, des cellules et, de manière générale, à la formidable profusion dont témoigne le phénomène de la vie... Loin que l'économie apparaisse comme l'activité de base, condition de toute survie, elle est beaucoup plus, à partir de sa réinvention moderne au xixe siècle, l'idéologie dominante de la société industrielle.

• L'économie joue un rôle central dans toutes les sociétés humaines
S'il est un trait commun à la plupart des civilisations, c'est la subordination du travail, de la production et, plus largement, de la sphère économique à des activités ou des valeurs jugées plus fondamentales comme la politique, la culture, la philosophie. Même Adam Smith, le père de notre économie politique, estimait que le vrai rôle de l'économie était, en organisant l'abondance, de réunir les conditions pour construire ensuite une « république philosophique ». Quant à Keynes, il considérait que l'économie devrait occuper, à terme, une place réduite dans l'activité sociale et les économistes accepter que leur rôle ne soit pas plus important que celui des « dentistes ».

• Il n'y a pas d'alternative au plan international sur ces questions
Dès aujourd'hui, on peut s'appuyer sur un courant de recherche international pour faciliter la transformation de nos systèmes de représentation de la richesse. En témoignent les indicateurs de développement humain et de pauvreté élaborés par le PNUD, ceux de l'Union européenne sur des indicateurs environnementaux et sociaux, le débat récent sur la « responsabilité sociale de l'entreprise » et même certaines études de la Banque mondiale et de l'OCDE sur « le capital social » et le « capital naturel ». Enfin et surtout, l'exigence croissante de la société civile mondiale pousse les acteurs institutionnels et économiques à bouger sur cette question : la rencontre de Québec « globaliser la solidarité », organisée par les acteurs de l'économie sociale et solidaire, et le Forum social mondial de Porto Alegre ont tous inscrit la reconsidération de la richesse à leur ordre du jour. Du coup, il devient difficile d'arguer du fait que la France ne saurait s'engager seule dans une stratégie de transformation pour justifier l'immobilisme.
Hors des circuits commerciaux et financiers traditionnels, des réseaux informels de solidarité se mettent en place dans nombre de pays. Loin d'être négligeable, leur action est aujourd'hui prise en compte par les autorités.


B. Changer son regard sur le travail

Pourquoi travaille-t-on ?
- Pour gagner de l'argent qui permet de satisfaire les besoins élémentaires et superflus, mais aussi pour s'occuper, satisfaire un besoin de réalisation de soi, créer, « faire » et pour pouvoir être fier du travail réalisé, et éventuellement par amour, pour aider les gens qui nous entourent.

Est-ce que c'est le travail qui crée la monnaie ?
Non, évidemment, mais c'est le travail qui est « payé » en monnaie, laquelle n'est qu'un « signe » et facilite les échanges de biens ou services divers. Par le travail, l'invention, la création, chacun participe selon ses capacités à la vie de la société.
Cette monnaie est le plus souvent virtuelle. Elle peut n'être que des chiffres sur un compte en banque, sur un chèque (monnaie scripturale). Le papier monnaie (les pièces et billets) n'est absolument pas nécessaire pour les échanges.
« On » nous dit : « Il faut augmenter en permanence le PIB, sinon il y aura de plus en plus de chômeurs » ou bien : « Si l'on ne crée pas des emplois, comment payer les retraites ? ». Pour augmenter cette croissance, il est nécessaire (dans l'esprit capitaliste) de créer et de vendre de plus en plus de biens... et c'est le rôle, actuellement, de la publicité et des « faux progrès » (tous les besoins dont on n'a pas réellement besoin, le packaging, la mode, la fragilisation volontaire du matériel vendu qui oblige à un remplacement plus rapide, etc.).

Alors évidemment, empêtrés dans leur logique financière, « ils » ne veulent pas entendre parler de décroissance. Mais en fait, de quelle décroissance parlons-nous ? De ne plus fabriquer tout ce qui est inutile, polluant ou fragile ? Est-ce que ça peut vraiment avoir un effet « négatif » sur notre confort (alors que ça en a un sur le PIB) ? Car il est aussi de vrais progrès (la facilité de la vie, le confort, les inventions utiles) ; il s'agira de savoir les différencier.
Si nous ne devions plus fabriquer ces objets ou ces services inutiles, évidemment qu'il y aurait réduction du nombre d'emplois. Mais vous voyez bien que l'on crée des besoins pour maintenir des emplois... qui ne servent à rien, seulement à justifier de donner un pouvoir d'achat à des gens qui vont inutilement travailler au prix de déplacements inutiles et de la pollution conséquente (« tu te réveilles très vite le matin, pour aller très vite te raser, pour ensuite partir très vite fabriquer des rasoirs ultra perfectionnés qui raseront très vite des gens qui ont besoin de se raser très vite le matin pour aller fabriquer des rasoirs qui rasent très vite des gens qui... »).

À titre d'hypothèse, pensons à une société où tous les biens facturés (entrant dans le PIB) seraient produits par des robots lesquels également produits par des robots, etc.... donc dans lequel il n'y aurait plus de « travail humain ». Il n'y aurait évidemment plus de salaires et les compensations seraient limitées (puisqu'il n'y aurait quasiment plus d'impôts sur le revenu, plus de charges salariales ou patronales), donc plus aucune possibilité de « pouvoir d'achat » de la population... une société à 100 % de chômage dans laquelle tous les biens seraient disponibles... mais dans laquelle aucun bien ne pourrait être acheté faute de revenus.

Cette évolution qui semble utopique est quand même celle qui prévaut depuis 100 ans... disons qu'au lieu d'être à 100 % on n'en n'est qu'à 60 % (rapport de la population totale inoccupée sur le nombre d'actifs). Imaginez ce que serait le taux de « chômage » si on ne produisait que ce qui est seulement nécessaire ou souhaitable !...
Nous sommes donc (collectivement) les acteurs actifs et passifs d'un système complètement stupide. Non seulement les acteurs, mais aussi les esclaves !

Ne vous êtes vous jamais retrouvé devant le problème suivant : un appareil ménager de moins de deux ans qui tombe en panne ? On vous dit : « Ah ! c'est l'électronique ; la réparation, c'est 2/3 du prix d'un neuf, il vaut mieux changer... »
Il faut donc favoriser les valeurs de durabilité, de solidité, d'économie d'énergie à l'utilisation. Il faut obtenir pour chaque bien produit un bilan des coûts énergétiques et écologiques à la fabrication, à l'utilisation moyenne pour la durée de vie de l'appareil, au retraitement de ses composants lors de sa mise à la destruction.

Vous allez nous dire : « Oui, mais si on fabrique plus économique, plus solide, réparable, ce sont des pans entiers de nos usines qui vont tourner au ralenti, et donc le chômage qui va augmenter ». Plutôt que d'essayer de vous démontrer que c'est justement ce raisonnement qui nous emmène vers le gouffre, pouvez-vous, amis lecteurs, réfléchir quelques secondes en essayant d'imaginer une société dans laquelle tout serait jetable à la suite de la première utilisation... une société sans doute de plein emploi (emplois de fabrication, mais aussi emplois nombreux d'enfouissement des déchets), une société dans laquelle le PIB serait extraordinaire, mais serez-vous plus heureux de devoir en échange marcher sur des décharges ?... Le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas !

On nous dit, « mais cette société utopique de production durable serait la cause probable d'une nouvelle augmentation prévisible (et conséquente) du chômage : elle va créer des besoins énormes de monnaie pour payer des gens qui ne travaillent pas. Où trouver cette monnaie alors qu'il y a moins de production ?... Les travailleurs payent déjà des charges et des impôts trop importants qui sont répercutés sur la consommation des biens et services ». Nous rajoutons qu'il n'y a pas que les productions de biens inutiles, il y a aussi celles des services inutiles, qu'ils soient dans la fonction publique (des pans entiers des services des impôts qui n'auraient plus de raison d'être dans un système simplifié) ou dans le privé.
La seule réponse qu'il semble possible d'apporter sera développée dans ce livre. Mais souvenons-nous que la monnaie actuelle n'est que la représentation symbolique d'une créance auprès d'une banque : c'est la demande de crédit qui permet la création de monnaie et non pas la monnaie existante qui permet le crédit. Cette phrase est très importante. Comme le précise la Banque de France dans un opuscule de 1971, La Monnaie et la Politique monétaire, dans lequel se trouve écrit « Les particuliers – même paraît-il certains banquiers – ont du mal à comprendre que les banques aient le pouvoir de créer de la monnaie ! Pour eux, une banque est un endroit où ils déposent de l'argent en compte et c'est ce dépôt qui permettrait à la banque de consentir un crédit à un autre client. Les dépôts permettraient les crédits. Or, cette vue n'est pas conforme à la réalité car ce sont les crédits qui font les dépôts. »

Et puis souvenons-nous aussi qu'il y a seulement 150 ans le temps de travail représentait 70 % des heures d'une vie, de la naissance à la mort. À ce jour il ne représente plus que 12 % alors que le confort global n'est même plus comparable. L'avènement maintenant proche (à 20 ans ?) des nanotechnologies va, on ne peut en douter, nous faire faire un nouveau bond vers plus de temps libre. Nous ne pourrons régler le problème du chômage et des retraites dans notre système actuel, sauf à avoir besoin de créer de plus en plus de « productions inutiles ». Pour 8 ou 9 milliards d'individus, ce n'est plus cinq « Terres » qu'il faudrait (estimation actuelle pour un niveau de vie mondial équivalent à celui des Européens et des Américains), mais dix ! Ceci dit, nous n'en arriverons pas là : la solution évidente pour le grand capital est celui de destructions massives permettant la reconstruction : c'est ainsi que fonctionne l'économie pour le bonheur de quelques-uns !

Donc : ce n'est pas seulement pour vivre que nous travaillons mais aussi pour permettre au système de se maintenir. Il faudra donc travailler moins, mais mieux ; travailler utilement, pour produire mieux, plus utile, plus sociétal.

À ce qui précède nous pouvons rajouter :
- Depuis toujours, certains revenus ne sont pas exclusivement lié au travail humain... il en est qui sont liés au « travail du temps » (et non au temps de travail) dans le système financier (les intérêts) pour les inactifs qui ne laissent que des miettes du gâteau à ceux qui les font vivre. Dans cette catégorie également la « grande propriété » transmise par héritage, souvent conséquence d'attitudes brigandes d'ancêtres.
- Les services sociétalement les plus utiles sont souvent les moins bien rémunérés (pensons aux soins aux aînés ou aux malades) alors que notre société n'a pas réussi à empêcher les truands (même en cols blancs) de se remplir les poches.


C. Changer son regard sur « le capital »

Comprendre et admettre ce qui précède est absolument nécessaire pour la bonne compréhension de l'ensemble du système écosociétal que nous développons dans la suite de ce livre.
Le système actuel est tellement ancré dans notre manière de raisonner que nous estimons « le capital » (définition : montant financier nécessaire pour organiser la production) comme l'un des éléments indispensables pour « produire » (que ce soit des biens ou des services). Nous allons tenter de vous démontrer le contraire, mais il faudra laisser de coté vos idées préconçues.
En fait, nous affirmons que « la nature ne se faisant pas payer » (en monnaie), toute production ne nécessite que du travail, qu'il soit celui de l'homme, de la machine (ou du robot), ou parfois des deux ensembles.
Prenons un exemple. Pour fabriquer une voiture il faut :
- extraire des matières premières (du minerai de fer pour fabriquer de l'acier),
- transporter ce minerai, le traiter dans des hauts fourneaux,
- le « travailler » pour en faire des tôles,
- le transporter à nouveau,
- le mettre en forme,
- l'assembler, le souder,
- le peindre,
- le transporter à nouveau,
- l'assembler avec d'autres matériaux ou produits finis qui auront suivi un circuit identique,
- de l'énergie.
Nous avons sûrement oublié de multiples étapes, de multiples intermédiaires, mais nous sommes certains que vous voyez très bien ce que nous voulons dire. À tous les niveaux il y a du travail à réaliser pour que les différentes branches du réseau se rejoignent afin de permettre la fabrication et la distribution d'un « produit fini ».
De plus, nous savons ce que vous allez nous dire, nous l'avons souvent entendu : « Mais il faut du capital pour acheter les matières premières, les camions ou les wagons de transport, les bâtiments, les robots, l'outillage, etc. »
Il faut du capital parce que jamais nous n'avons essayé de concevoir une société moderne dans laquelle le capital n'était pas nécessaire. Mais prenez chacun de ces éléments individuellement, ou bien imaginez que la production complète de tout ce qu'il faut pour construire une voiture, y compris les productions en amont (les bâtiments, les robots, etc.), soient extraites et fabriquées par la même entreprise. Où est le capital nécessaire (si ce n'est dans cette hypothèse celui servant éventuellement à payer une redevance au propriétaire de la mine, mais c'est un sujet sur lequel nous reviendrons parce qu'il s'agit d'une appropriation illégale d'un bien commun qui n'est pas « payant » à la nature qui nous l'offre) ?

Évidemment, vous pourrez argumenter qu'il faut pouvoir payer les salaires en attendant que les biens produits soient vendus. Nous verrons que cette argumentation ne tient plus dans l'écosociétalisme.
En analysant chaque poste, nous voyons bien qu'il n'y a que du travail. Du travail pour extraire, du travail pour transformer, du travail pour déplacer... y compris pour fabriquer chacun des « outils » nécessaires (les bâtiments, les moyens de transport, les ordinateurs, le mobilier, l'outillage, etc.), du travail pour assembler ensemble des constituants avec d'autres matériaux ou produits finis qui auront suivi un circuit identique, de l'énergie pour tout cela, extraite, transportée et transformée, par et avec le travail des hommes ou des machines.

=> Si nous avons besoin de capital, créé par le système bancaire contre rémunération, c'est que le « capitalisme » s'est approprié les moyens de production, les accès aux matières premières et même la création monétaire, et qu'il fonctionne grâce à ce système qu'il a lui-même mis en place.

Nous pouvons nous en passer !


Sommaire < Préface, Avant-propos, Préambule > Chapitre 1



Créé par: AJH Dernière modification: Mardi 03 de Février, 2009 23:12:28 CET par LeSurHumain


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki