Menu

Utilisateurs connectés

1 utilisateur connecté

Canaux de syndication RSS

Traduction Google

Sortir de l'UE Verrouillé

Sortir de l'UE Pages pointant cette page Imprimer
HistoriqueCommenter

Appel au retour à l'autonomie pour le respect des règles démocratiques


Moi, citoyen français, profondément déçu de l'orientation qu'a prise l'Union Européenne depuis le traité de Maastricht signé le 7 février 1992 et les Traités qui lui ont succédés, m'engage sur l'honneur à ne voter, lors des élections présidentielles et législatives de 2012, que pour des candidats proposant solennellement et officiellement la sortie de l'UE permise par l'article 49 A du traité de Lisbonne, ou, si aucun des candidats ne me convient, je voterai blanc.


Mise à jour : l'article qui permet ce retour à l'autonomie démocratique est devenu l'article 50 du traité sur l'union européenne

Voir ce nouvel article ici …

L'Article 49 A


1. Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

2. L’ État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. A la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet Etat un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 188N , paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

3. Les traités cessent d’être applicables à l’ État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

4. Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent.

La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 205 , paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

5. Si l’ État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49 .


Pourquoi?


Original du texte ici… :

Quel est le but recherché ?

Le but recherché avec la sortie de la France ( et d'autres pays, il n'y a pas de raisons d'être égoïste ) de l'Union Européenne par le biais des négociations prévues par l'article 49 A, n'est pas très compliqué, il s'agit de retrouver des marges de manœuvres pour appliquer les politiques qui conviendrait mieux. Il ne s'agit pas de revenir de manière brusque et non-concertée à une politique protectionniste ou d'isolement. Les dirigeants français et ceux des autres pays, Espagne, Allemagne, Italie, Grande Bretagne, Irlande, Tchéquie, Pays-Bas?, Luxembourg, Belgique, Finlande, Slovénie, Slovaquie, Autriche, Suède, Roumanie, Pologne, Grèce, Danemark, Bulgarie, Hongrie, Portugal,Lituanie, Lettonie, Malte, Chypre, Estonie, qui quitteraient l'UE garderaient les espaces de concertation entre dirigeants comme le Conseil de l'Europe, l'OCDE, l'ONU, l'espace de Schengen et tous les nombreux autres que je ne cite pas ici qui resteront pertinents. Cette sortie serait négociée, et des coopérations entre pays européens, sans centre de décision unique, sur des sujets divers semblent très souhaitables.


Pourquoi semble-t-il pertinent qu'il faille sortir de l'UE pour retrouver des marges de manœuvre ?

Parce que premièrement les traités définissent de manière trop détaillée, centralisée et de manière rigide les politiques à suivre, deuxièmement, depuis le début, la construction européenne est pilotée en sous-main par les États-Unis et n'est pas capable de la moindre autonomie, troisièmement, cet espace est trop grand pour mener une politique économique et budgétaire optimale pour tous les pays, par exemple, il y a des pays où la politique appropriée serait de dévaluer la monnaie, dans d'autres il faudrait lutter en priorité contre l'inflation et dans d'autres relancer l'activité, avec une zone unique, une seule politique est imposée qui ne convient bien à personne, quatrièmement, les souhaits des populations sont ignorés et méprisés par ce système, nous l'avons lors des référendums et des ratifications abusives de traités.


Pourquoi se concentrer sur sortir de l'UE ou concourir à son abolition est prioritaire à se concentrer sur changer la politique en France ( ou celle d'un autre pays de l'UE ) ?

Parce que La France ou les pays suivants : Espagne, Allemagne, Italie, Grande Bretagne, Irlande, Tchéquie, Pays-Bas?, Luxembourg, Belgique, Finlande, Slovénie, Slovaquie, Autriche, Suède, Roumanie, Pologne, Grèce, Danemark, Bulgarie, Hongrie, Portugal,Lituanie, Lettonie, Malte, Chypre, Estonie, ont de moins en moins de libertés et de substance propre par le fait des transpositions de directives dans leurs législations nationales à l'initiative d'un organe non-élu, la Commission européenne. Changer la politique en France ou dans les pays pré-cités avec le carcan UE est de moins en moins possible. Sortons d'abord du carcan et ensuite seulement nous pourrons de manière efficace changer la politique sans être enserré dans des règles qui ne conviennent ni à nos partenaires, ni à nous-mêmes.

En conclusion, quel que soit leur position politique, celles et ceux qui pensent qu'il est possible d'aider les partis politiques qui sont proches de penser qu'il faut, au moins, prévoir un référendum de sortie de l'U.E. peuvent "signer" cet engagement qui n'engagera qu'eux.


Sortir de l'Union Européenne : Entretien entre Jacques Nikonoff et Pascale Fourier de l'émission : « Des sous et des hommes »


Transcription originale de l'émission ici …

Pascale Fourier : Et notre invité aujourd'hui sera Jacques Nikonoff , porte-parole du Mouvement Politique d'Education Populaire. M'PEP.

Alors, le 13 juin les résultats sont tombés : le peuple irlandais a voté non au traité de Lisbonne. Normalement le traité est caduc, mais les gouvernements des pays européens semblent vouloir le faire passer en force. C'est parce qu'il est essentiel de préserver l'Europe… C'est en tous les cas ce qu'on dit...

Jacques Nikonoff: Écoutez, il faut d'abord voir les choses sur le plan juridique. Le projet de traité de Lisbonne, comme tous les traités internationaux prévoit que son adoption se fait avec tous les pays, évidemment. Dès lors qu'il y en a un qui manque, le traité devient caduc. Donc sur le plan juridique, il n'y a aucun doute, ce traité est caduc. Mais on a entendu des déclarations du président de la Commission européenne, des gouvernements, des chefs de gouvernements, indiquant que le processus de ratification allait continuer. C'est-à-dire que, en réalité, ces gens-là considèrent que le traité n'est pas caduc. Alors, ça revient un petit peu à faire comme si le Conseil Constitutionnel, après l'élection présidentielle en France, disait : "Eh bien, oui, Sarkozy est arrivé en tête mais, finalement, on préfère Royal. Les gens ont voté Sarkozy mais, finalement, Royal, c'est mieux. Donc on va mettre Royal." ou "On va organiser une nouvelle élection présidentielle parce que, manifestement, on ne peut pas avec Sarkozy". Donc, voilà, ça revient exactement au même, c'est-à-dire que, aujourd'hui, un certain nombre de gens, se sont non seulement acclimatés à la renonciation à la démocratie, c'est-à-dire au suffrage universel, mais considèrent que le suffrage universel ne doit plus être une marque de la démocratie. Voilà la conclusion qu'il faut en tirer. Ces gens-là sont donc extrêmement dangereux. Il y a des braves gens qui considèrent que, finalement au motif de l'impératif européen supérieur, il faudrait retirer le droit au suffrage universel des peuples: ils ne sont pas suffisamment compétents, manifestement, puisqu'ils ne votent pas convenablement, donc nous en sommes là. Et cette seule situation démontre combien il faut sortir de ce système de plus en plus monstrueux.

Pascale Fourier : Et sortir de ce système par quel moyen ?

Jacques Nikonoff : Tout simplement en activant le droit de retrait qui figure dans le projet de traité de Lisbonne. Tout traité international peut être réversible, c'est évident. Quand on passe un accord avec d'autres pays, on peut changer d'opinion, ou la situation peut évoluer, et on peut donc se retirer de cet accord international. Il s'agit donc tout simplement de faire jouer ce droit de retrait. Mais la propagande est telle, depuis des décennies, que cette idée - cette idée pourtant évidente, logique - n'est pas accessible immédiatement. Il faut donc expliquer, patiemment, qu'il est naturel, logique, et tout à fait conforme au droit, de se retirer d'un traité international, c'est-à-dire de se retirer de l'Union Européenne. Et chaque pays peut le faire selon ses lois propres. Ça peut être une décision du Parlement, ça peut être un référendum. Il semble qu'en France, la Constitution l'autorisant, c'est par un référendum que le peuple français devrait être consulté pour savoir s'il faut rester dans ce système monstrueux - comme je disais tout à l'heure - ou s'il faut sortir de ce système du nœud coulant qui étrangle, petit à petit, les salariés, les travailleurs, les gens de tous les jours.

Pascale Fourier : Certains vous diraient : « Oui, peut-être que l'Europe n'est pas actuellement idyllique, mais elle le sera plus tard. Il faut continuer la construction européenne. ».

Jacques Nikonoff :Oui, c'est assez habituel. Ça, c'est valable pour l'Union Européenne, c'est valable dans chaque pays, où on nous dit depuis des décennies : "Il faut se serrer la ceinture, et ça ira mieux demain". Il n'y a rien de neuf. Sauf que ça fait quand même plusieurs décennies que les mêmes politiques sont appliquées, que les mêmes promesses sont faites. Et on voit qu'à l'échelle européenne, non seulement sur le plan social il n'y a aucune amélioration mais que la situation est pire, et que l'Union Européenne sert finalement les grandes sociétés capitalistes à développer leurs marchés et à museler les salariés. La réalité est là.

Et d'ailleurs la semaine où il y avait ce vote, il y avait cette directive sur le temps de travail, qui est un exemple tout à fait symbolique du sens qui est pris par ce type de construction européenne, qui casse les protections sociales, qui, non seulement prétend protéger contre la mondialisation, mais qui, au contraire, insère l'Union Européenne dans la mondialisation sans aucune protection, et s'est fait l'allié des États-Unis dans sa politique étrangère. Donc, non seulement ce n'est pas la paix, mais c'est la guerre. Et c'est la destruction systématique des systèmes de protection sociale. Alors on ne voit pas, évidemment, en 20 ans, depuis l'Acte Unique principalement, qui a été un tournant important… Les promesses, eh bien les gens n'y croient plus, et ils ont parfaitement raison. Ç'est la carotte pour faire avancer l'âne.

Pascale Fourier : J'ai lu sur Internet des gens qui proposaient de faire une Constituante pour refonder une nouvelle Europe dans tous les pays européens en même temps. C'est une des propositions face à ce qui se passe là, après le vote irlandais. Qu'en pensez-vous ?

Jacques Nikonoff: Oui. Il y a deux versions en réalité. Une première version qui est de mettre en place une Constituante, c'est-à-dire une assemblée à l'échelle européenne composée de délégués des différents pays composants l'Union Européenne, et une deuxième version qui serait de faire du Parlement européen - le prochain, qui sera élu en juin 2009 - cette Constituante, c'est-à-dire l'instance qui va proposer une constitution pour l'Europe.

Alors je dois dire que ces propositions sont parfaitement irréalistes. Et elles sont même dangereuses. Elles sont irréalistes pour plusieurs raisons.

La première raison, c'est qu'il faudrait déjà se mettre d'accord sur la géographie de l'Union Européenne. Est-ce qu'on reste avec ce petit bout de 27 pays ? Ou est-ce qu'on considère que l'Europe est beaucoup plus large, et qu'elle intègre la Turquie et la Russie ? Comment imaginer une véritable Europe sans la Turquie et sans la Russie ? Donc il y a déjà, dès le départ, cette question à trancher. Évidemment ceux qui proposent de tels schémas parfaitement irréalistes sont muets sur le sujet.

Deuxième caractère irréaliste, c'est que cette Europe ne serait pas une Europe des peuples puisque, dans la plupart des pays de l'Union Européenne actuelle, il n'y a pas de droit au référendum dans la constitution. Autrement dit, qui déciderait de cette constitution ? Encore les parlements, comme on le voit aujourd'hui avec le traité de Lisbonne. Donc, dès le départ, cette affaire est viciée sur le plan démocratique.

Et puis on pourrait se dire aussi : « Mais quel contenu a cette constitution européenne ? ». Parce que certains pays sont très catholiques - ils ont le droit -. Je prends la Pologne: la Pologne n'acceptera jamais de constitution dans laquelle il y a la laïcité comme droit constitutionnel, ou le droit à l'avortement. Autrement dit, c'est une constitution qui n'aurait aucun contenu.
Donc quel intérêt de passer encore du temps, des mois, voire des années pour construire une usine à gaz qui ne donnera aucun résultat?
Et puis c'est dangereux, finalement, parce que l'on connaît déjà le résultat. Il ne faut pas être naïf: cette assemblée constituante ressemblerait au Parlement européen, évidemment parce qu'elle serait élue dans les mêmes conditions; elle représenterait les différents pays, et pour chaque pays, les différentes sensibilités politiques, c'est-à-dire le Parlement européen. Le Parlement européen est une assemblée extrêmement réactionnaire, conservatrice. On l'a vu au moment du traité de Lisbonne puisque, à une très grande majorité, ce Parlement a refusé de reconnaître les résultats du vote irlandais.

Alors, ça voudrait dire que cette constitution européenne serait faite par des gens comme Sarkozy, Berlusconi, Merkel. Est-ce qu'on croit que ces gens, subitement, vont se mettre d'accord pour mettre en place une constitution progressiste ? C'est complètement illusoire. C'est dangereux. Et, malheureusement, il y a des gens qui croient à cette possibilité.

Je pense qu'il faut expliquer tout simplement les choses, et revenir à une perspective beaucoup plus raisonnable, beaucoup plus positive, qui est de sortir de l'Union Européenne. On ne peut pas, à l'intérieur de ce système, changer quoi que ce soit. Il faut détruire ce système. Il est devenu totalement pourri. Et il faut bâtir quelque chose d'autre, une Europe à la carte avec les pays qui veulent avancer sur le plan social, sur le plan de l'indépendance, sur le plan des relations avec le reste du monde sur des bases coopératives. Donc, c'est une Europe à la carte qui, évidemment, bougera en fonction des votes et des majorités politiques dans ces pays. On ne peut pas faire une Europe progressiste avec des gouvernements réactionnaires.

Pascale Fourier : Vous récusez donc cette instance supranationale et vous voulez revenir aux nations ?

Jacques Nikonoff : Bien entendu. C'est le seul endroit où l'on peut encore avoir une activité démocratique. L'union européenne a été faite précisément pour ôter au peuple la possibilité de peser sur les décisions. On le voit bien avec ces manœuvres qui se sont organisées aujourd'hui pour remettre en cause le référendum irlandais.

Pascale Fourier : Et pratiquement, on fait comment pour sortir ?

Jacques Nikonoff : Je l'ai dit tout à l'heure, il suffit de faire un référendum, on vote non, et puis voilà, on est sorti. Terminé !

Pascale Fourier : Oui, mais il faut quand même rassembler les forces politiques qui proposent cela...

Jacques Nikonoff : Il faut qu'une majorité de gens, de citoyens, d'électeurs, soient d'accord pour voter Non. Mais encore faut-il qu'un référendum soit organisé sur la question. Et pour qu'un référendum soit organisé sur la question, il faut un rapport de forces extrêmement puissant, imposant aux forces politiques françaises son organisation.

On voit mal la droite actuelle dans sa configuration organiser un tel référendum. On ne voit pas non plus la gauche d'ailleurs, dans sa configuration actuelle. Ce qui veut dire que, dans les années qui viennent, il faut favoriser les courants d'opinions politiques, les partis politiques qui vont défendre ce point de vue. Ça n'est pas la majorité du PS, ce n'est pas le PC qui est dans une confusion intellectuelle totale, comme la LCR d'ailleurs, il faut donc que d'autres forces politiques émergent, ou que les forces politiques qui pourraient porter ce point de vue au sein du PC et au sein du PS, s'émancipent, disent des choses plus claires, et s'organisent.
L'affaire n'est pas jouée. Mais il faut que la gauche, et notamment la gauche du Non, sorte de sa confusion. Parce que, quand on lit les déclarations qui ont été faites après ce vote irlandais, on est quand même inquiet de la difficulté à comprendre la situation. Parce que, quand on lit que, pour certains, il faut une constituante, ou qu'il faut un nouveau traité comme le propose le Parti Communiste, on est dans la confusion totale parce qu'un nouveau traité, ça veut dire que l'on remet dans les mains de gouvernements réactionnaires la possibilité de construire l'Union Européenne. Ce n'est pas raisonnable, ce n'est pas sérieux. Ce n'est pas comme ça que les gens vont comprendre.

Alors il faut qu'il y ait un débat qui soit mené sur des bases radicalement nouvelles, sortir de l'Europe, de manière positive, c'est-à-dire pour faire avancer la coopération, combattre le libre-échange, développer la coopération internationale, toutes choses que l'Europe actuelle combat.

Pascale Fourier : Vous avez décidément le don d'aller à contre-courant de ce qu'on entend d'ordinaire: vous avez terminé tout à l'heure en disant qu'il faut combattre le libre-échange et favoriser la coopération internationale. C'est un peu étonnant, ça, « combattre le libre-échange » ?

Jacques Nikonoff : Oui, évidemment puisque, après quelques décennies de fonctionnement du libre-échange, là encore on peut faire un bilan. Ce bilan est extrêmement négatif: il a aggravé les écarts entre les pays riches et les pays pauvres, et à l'intérieur de ces deux catégories de pays, les écarts entre les riches et pauvres. Donc c'est un système de guerre commerciale qui favorise les grandes firmes capitalistes et les grands pays capitalistes par rapport aux petits.

Alors il faut en sortir. Mais ça n'est pas nouveau, si vous voulez, la question du libre-échange est venue dans l'actualité au moment de la révolution conservatrice. Ça fait partie de l'attirail de la révolution conservatrice. Ça n'est pas très nouveau. Il faut donc, le bilan étant fait - une nouvelle fois, il était connu avant, mais bon - il faut sortir de ce système. Et c'est lié à la question de l'Union Européenne, évidemment, puisque l'Union Européenne repose sur le libre-échange.

Alors comment en sortir ? Le libre-échange, je rappelle que c'est la suppression de toutes les barrières qui limitent le développement du commerce, le commerce international étant supposé, par son développement, développer la croissance dans chaque pays. Tout cela est faux, bien sûr. Mais l'idéologie qui, grâce aux médias, se développe sur ce thème depuis des années, a fait croire le contraire. Mais on le voit, la vérité parvient souvent à apparaître, néanmoins. Et le vote Non en France, aux Pays-Bas?, en Irlande, en témoigne. Alors, comment en sortir ? Eh bien il faut revenir à d'autres systèmes, comme par exemple celui qui avait été défini – et non mis en place - à La Havane en 1948, la charte de La Havane, qui prévoit des mesures très simples et très logiques pour développer le commerce international sans libre-échange. Ca repose sur un principe qui est là aussi très simple : aucun pays n'a de raisons morales, économiques ou autres, d'avoir un excédent commercial sur les autres, ni un déficit, évidemment. Donc le commerce international doit se faire sur la base d'échanges entre les pays, qui soient égaux, équivalents. Je te vends autant que je t'achète, et inversement. Voilà, c'est simple, c'est logique, ce qui signifie qu'une série de discussions ont lieu entre les pays, à l'échelle bilatérale, et aussi à l'échelle multilatérale, pour définir finalement ces accords commerciaux, sur quoi on va échanger, quelle quantité, quelle qualité, quel prix. On retire aux marchés le soin de faire du commerce, et c'est le pur bon sens. Donc, voilà le système qu'il faut mettre en place à l'échelle européenne bien sûr, mais à l'échelle du monde entier.

Pascale Fourier : Est-ce que ce type de mesures serait propre à éviter des crises comme celle que l'on vit actuellement, avec la crise alimentaire ?

Jacques Nikonoff : Bien entendu. Parce que, dès lors que l'on retire le commerce international des biens, mais également des services et des capitaux, on évite les spéculations. Dès lors, chaque pays va pouvoir définir sa politique de commerce international sur ses propres bases, en fonction de son propre intérêt, dès lors qu'il rencontre l'intérêt mutuel d'autres pays. Et pour les pays pauvres, c'est évidemment l'autosuffisance alimentaire qui est la condition première. Et les accords commerciaux, encore une fois, se font également sur la base de prix - on définit des quantités, des produits et des prix -. Donc il n'y a pas de possibilité de spéculation sur les prix. Il y a des accords sur les quantités, on peut donc planifier plusieurs années à l'avance les quantités de biens, de productions nécessaires au développement de tel ou tel pays.

Pascale Fourier : Tout à l'heure vous disiez que la question européenne était liée au libre-échange. Certains pourraient peut-être vous dire : « Non, l'Union Européenne, c'est une espèce de coquille, on peut y mettre ce qu'on veut ». Donc, à la limite, ça ne serait pas antinomique avec ce que vous proposez autour de la charte de La Havane...

Jacques Nikonoff : L'Union Européenne a été bâtie pour le libre-échange, elle n'a aucun sens en dehors du libre-échange, elle est faite pour ça. Donc, elle ne peut pas fonctionner autrement: ce ne serait plus l'Union Européenne, mais autre chose.

Pascale Fourier : Pourquoi dites-vous qu'elle est basée sur le libre-échange ? Dès le départ ?

Jacques Nikonoff : Dès le départ évidemment. Puisque dès la CECA, la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier, l'objectif était de favoriser le développement interne. Il y avait un tarif commun extérieur, mais l'objectif c'était le marché commun. Ça s'appelait comme ça, le « marché commun ». Alors qu'est-ce que c'est, le marché commun ? C'est le libre-échange à l'intérieur et, à l'extérieur, un tarif commun. Tout ça a volé en éclats depuis quelques années. Donc on ne peut pas séparer ce mode de construction européenne du libre-échange. On ne peut pas amender. On ne peut pas transformer de l'intérieur ce système totalement pourri.

Pascale Fourier : Vous disiez tout à l'heure qu'il fallait un référendum pour sortir de l'Union Européenne et qu'il fallait donc favoriser, développer le rapport de forces. Quels moyens justement pour développer ce rapport de forces ? D'autant plus que les médias eux-mêmes sont un peu bloqués sur la question européenne...

Jacques Nikonoff : Les médias ne sont pas bloqués du tout, il suffit de lire le journal de M. Rothschild - la maison Rothschild, Libération - de lire Le Monde, pour voir que ce sont des outils idéologiques qui sont en train de reprendre la main et de faire leur travail idéologique, c'est-à-dire participer à l'enfumage de la population sur la question européenne, comme ils le font depuis des années et des années. Donc ils ne sont pas du tout démobilisés. D'ailleurs la situation est relativement simple : ils vont trouver des artifices pour passer outre le vote irlandais, quels que soient les artifices, peu importe. Ça n'a aucune importance. Ils vont trouver. Et donc, là, ils préparent le terrain, et ils ne portent pas les questions là où il faudrait les poser, évidemment.

Alors, c'est l'idéologie qui compte, c'est la bataille idéologique, la lutte des idées. Et les médias, évidemment, sont au service de ce système, le système de Bruxelles. Il faut par divers moyens faire passer des idées, organiser des débats parmi les citoyens, sachant que le système médiatique est totalement verrouillé en faveur du système.

Pascale Fourier : Est ce que déjà le M'PEP a pris des liens avec d'autres organisations pour aller dans cette direction-là ?

Jacques Nikonoff : Il n'y a aucune organisation qui veut aller dans cette direction. Donc le problème ne se pose pas comme cela. Il se pose en terme de bataille idéologique et non pas de bataille institutionnelle. Pour l'instant il n'y a pas de courant d'opinion organisé sur ces idées. Le problème est de le bâtir, et donc, quand il y aura ce débat d'idées, quand il y aura ces idées qui seront diffusées, que certaines organisations s'en empareront, des contacts pourront être pris pour aller un peu plus loin. Mais ce n'est pas le cas à l'heure actuelle.

Pascale Fourier : C'était donc Des Sous... et des Hommes, en compagnie de Jacques Nikonoff, qui est le porte-parole du M'PEP, le Mouvement Politique d'Education Populaire. Vous pourrez retrouver sur leur site http://www.m-pep.org des analyses tout à fait intéressante. Je vous conseille par exemple de lire les textes de leur campagne « sortir de l'euro-libéralisme ». Il y a aussi un texte absolument passionnant sur le lien souveraineté populaire et souveraineté nationale, ainsi qu'un dossier sur l'environnement tout à fait vivifiant. Voilà. N'hésitez pas à visiter leur site!

Créé par: AJH Dernière modification: Mardi 15 de Mars, 2011 12:56:29 CET par AJH


Dernières modifications

  1. Appel à référendum
  2. Sortir de l'UE
  3. Organisation Politique1
  4. NecroCarburants
  5. NouvelleOMC
  6. Malheur et austérité
  7. EMS
  8. Accueil
  9. Actu-Euro
  10. Actu-Societales
  11. Sortie de l'euro
  12. Actu-Politiques
  13. Actu-Eco
  14. Monnaie - durable
  15. 10 mensonges
  16. Les petites phrases
  17. Glass-Steagall Act
  18. Motion NDA à l'A.N.
  19. Changer de Paradigme
  20. Editos2010
  21. Retraites
  22. ChristianGomez
  23. Desobeissance europeenne
  24. Argent, dettes et banques
  25. Stochocratie et argent
  26. 100% money
  27. TrenteAnsPerdus
  28. Vous ne pourrez pas dire
  29. Editos2009
  30. Argent mode d'emploi
  31. Arnaque
  32. droit de création monétaire
  33. Arnaque dette 2
  34. Lettre Deputes
  35. Ecosocietalisme1
  36. Arnaque dette
  37. Sortir de la crise
  38. Promouvoir La Havane
  39. La verite sur la dette
  40. DettePublique
  41. SaviezVous3-USA
  42. Grand Emprunt
  43. Monnaie et dette
  44. Impots et taxes
  45. DebatVGE
  46. Revenu Citoyen
  47. Crise et monnaie
  48. EMS-4p
  49. Petition Services Publics
  50. TirageAuSort
  51. Popullulation
  52. SitesAmis
  53. Procès Citoyen
  54. Plan Fisher
  55. Fiction sortie UE
  56. Elections Europeennes
  57. CreationMonetaire2
  58. RevenuExistence
  59. UserPagembdl
  60. PouvoirsParlementEuropéen
  61. Manifeste 3M
  62. SaviezVous2
  63. PageDutrieux
  64. ChangerDeParadigme
  65. PageADED
  66. Madagascar
  67. UserPageAJH
  68. Allais Fiscalité
  69. Proposition Robertson
  70. Bugs
  71. Ecosocietalisme0
  72. Sommaire_ES
  73. Investissement Public
  74. Editos2008
  75. Jeanneney
  76. MoneyAsDebt
  77. MedicamentsGeneriques
  78. DettePublique.org
  79. AN_YvesCochet
  80. J-G_Bardet
  81. Ecosocietalisme4
  82. PETITION
  83. Definitions
  84. Echeancier
  85. LogementEco
  86. FaceCachee
  87. Freemen
  88. Projet Ecoocivique
  89. Projet Ecoocivique p1
  90. Projet Ecoocivique p5
  91. Projet Ecoocivique p4
  92. Projet Ecoocivique p3
  93. Projet Ecoocivique p2
  94. CreationMonetaire
  95. FAQ2
  96. VideoJutier
  97. Subventions
  98. La Dette Publique
  99. EcologieDeMarche
  100. Gap 130608
  101. Un Regard Citoyen
  102. Cage Mentale
  103. Agregats monetaires
  104. Editos2004
  105. Editos2007
  106. Editos2006
  107. Editos2005
  108. TVA-Sociale
  109. AuCommencement
  110. FichesPratiques
  111. Sand Box
  112. Votre profil
  113. EtSiJetais
  114. ProblemesEtSolutions
  115. EcrireUnePageWiki
  116. Virus15Mai
  117. Dialogue
  118. Manipulation
  119. FauxAmi
  120. Ultraliberalisme2
  121. Ultraliberalisme3
  122. VulgarisationBLF
  123. Discours ENA
  124. Marjolaine AJH
  125. Welcome_EN
  126. RevenuOption1
  127. MonnaiesSoc
  128. Objectif2007
  129. YakaFaucon
  130. CactusDansLeSlip
  131. AllaisSecession
  132. Mutation Silencieuse
  133. Le Dogme Economique
  134. TransverselEcoute
  135. DerniereMinute
  136. Ecosocietalisme9-FAQ
  137. Ecosocietalisme10
  138. AppeldeNDA
  139. CoupDeMarteau
  140. BdF-BCE-SBCE
  141. Souv_Alimentaire
  142. RCetTVA
  143. Petitions
  144. Bip40
  145. PieceDeTheatre
  146. Desencombrement
  147. PetitPrince
  148. SaviezVous
  149. FinGratuite
  150. Cuba
  151. CombienCaCoute
  152. Fin de largent
  153. Notre Cri
  154. Alliance
  155. E-dons
  156. ComprendreMarx
  157. NonAuReferendum
  158. SeSouvenir
  159. InformatiqueCoop
  160. SystemeDeTroc
  161. PIPetStructures
  162. PIP
  163. Association ACS
  164. ComparatifCoopSel
  165. Viol politique
  166. Traite Simplifie
  167. Similitudes
  168. Demembrement
  169. Monnaie et Souverainete
  170. Lettre a Sarkozy
  171. LesAutruches
  172. MonnaiePublique
  173. RevenuCitoyen2
  174. RevenuCitoyen1
  175. TSC
  176. Evolutions du Societalisme
  177. Vouloir le pouvoir
  178. DiversSEL
  179. Societalisme
  180. PouvoirEtSavoir
  181. Actions
  182. Surveillance
  183. PlanMedia
  184. CharteGraph
  185. SyntSites
  186. OrgaArbo
  187. Forfaiture
  188. EMS-18points
  189. UtopieRealisable3
  190. UtopieRealisable2
  191. UtopieRealisable1
  192. ActuelPIB
  193. CorinneLepage
  194. Pacte N Hulot
  195. Scenarii2050
  196. Energie2
  197. Energie1
  198. EnergieJancovici
  199. MoraleRealiste
  200. MiseEnOeuvre
  201. Charte
  202. EcoMonetarisme2
  203. EcoMonetarisme1
  204. EcoMonetarisme0
  205. Idees Fausses
  206. CoutDuProgramme
  207. PageVIDAL
  208. Parti Vivant
  209. PageCHOUARD
  210. Manifeste CIPMF
  211. Comparatif
  212. Le NAIRU
  213. PageLUIGI
  214. PageDL
  215. Richesses
  216. TitanicOuMetamorphose
  217. Hyperliberalisme
  218. Tueur-a-gage
  219. FONAES
  220. FauxMonnayeurs
  221. DicoSocietal
  222. QuelJeuDeC
  223. Non Monsieur Fillon
  224. CerveauxDisponibles
  225. Etat-Dette-Monnaie
  226. PatrickViveret
  227. QuitterOMC
  228. AccordTacite
  229. FiscaliteEmploi
  230. Monnaie Nationale
  231. Allais
  232. FracturesSociales
  233. CharteLaHavane
  234. BailEmphytheotique
  235. Ecosocietalisme3
  236. Ecosocietalisme2
  237. Ecosocietalisme8
  238. Ecosocietalisme7
  239. Ecosocietalisme6
  240. Ecosocietalisme5
  241. BankingQuotes
  242. Postulats
  243. DossierAImprimer
  244. Tracts
  245. Vulgarisations
  246. Abondance
  247. Resume
  248. Ultraliberalisme1
  249. Agissons
  250. HomePage
...plus
Utilise Tikiwiki Utilise PHP Utilise Smarty Utilise ADOdb Utilise CSS Utilise RDF
Syndication RSS Wiki